mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Sarkozy veut renégocier tous les accords de défense liant la France à des (...)

Sarkozy veut renégocier tous les accords de défense liant la France à des États africains

La Presse Canadienne

vendredi 29 février 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le souhait de Nicolas Sarkozy, annoncé jeudi en Afrique du Sud, de renégocier tous les accords de défense liant la France à des États africains, suscitait jeudi des réactions plutôt positives à Dakar, au Sénégal, où 1 150 militaires sont stationnés dans l’une des trois bases permanentes françaises en Afrique.

"En 1960, au début de l’indépendance, on pouvait accepter l’existence d’une base militaire, car nous étions dans un contexte de guerre froide", estime Babacar Justin Ndiaye, un analyste politique et spécialiste des questions militaires. "Le Sénégal était une nation jeune et institutionnellement faible, mais 40 ans après, c’est anachronique".

Selon lui, dans un contexte de paix, "une présence militaire étrangère peut être considérée comme une insulte au sentiment national". "Mais ce qui peut beaucoup étonner les observateurs, c’est que la classe politique locale n’en parle jamais", note-t-il. "C’est bizarre, ont-ils peur de la France ?"

Babacar Justin Ndiaye considère que la France a de moins en moins besoin des bases militaires fixes surtout "que la technologie militaire se développe de plus en plus". Mais, remarque-t-il, "Dakar, constitue un noeud géostratégique par rapport à l’Océan. C’est le point fixe le plus proche de l’Amérique du Sud. De ce point de vue, il se pourrait que la base ne soit pas fermée, mais allégée", juge-t-il. "Sauf si le Sénégal dit qu’il n’en veut plus".

Pour Alioune Tine, président de la RADDHO (Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme), la présence des bases militaires françaises "constitue toujours un scandale en Afrique". "C’est toujours les séquelles du colonialisme, et cette présence montre toujours que nous sommes incapables d’assurer notre sécurité nous-mêmes. Il y a une grande faiblesse des politiques", se désole-t-il.

Enfin, pour Adama Doucouré, enseignant dans un lycée de Dakar, "la renégociation des accords de défense entre la France et certains pays africains est une nécessité parce que la France dépense beaucoup d’argent dans la gestion de ses bases".

Or, analyse Cheikh Tidiane Fall, un universitaire, "l’opinion publique française est de plus en plus exigeante avec le niveau élevé du chômage. Donc, elle ne comprendrait pas bien pourquoi la France continue toujours à consacrer une part importante du budget à des bases qui ne sont pas sur son territoire".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :