lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > L’ancien patron des RG convoqué comme témoin dans l’enquête sur (...)

L’ancien patron des RG convoqué comme témoin dans l’enquête sur l’UIMM

AFP

lundi 3 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’ancien directeur central des Renseignements généraux (DCRG) Yves Bertrand (1992 à 2004) sera entendu le 13 mars comme "témoin" dans le cadre de l’enquête sur l’UIMM, a-t-on appris de source proche du dossier.

M. Bertrand, selon cette source, sera entendu par le juge d’intruction Roger Le Loire, en charge du dossier, afin de s’expliquer sur des affirmations contenues dans son livre publié en octobre 2007, "Je ne sais rien... mais je dirai tout" (Plon).

L’ancien patron des RG y écrit notamment que des "enveloppes" de l’UIMM ont servi à la campagne de Valéry Giscard d’Estaing pour l’élection présidentielle de 1974.

"Seuls quelques naïfs croient encore que VGE a pu mener campagne en 1974 avec les maigres moyens humains des républicains indépendants (le mouvement de M. Giscard d’Estaing, ndlr)", écrit M. Bertrand qui affirme : "Sa logistique, son service d’ordre, ce sont les +petits gars+ d’Ordre nouveau", un groupuscule d’extrême droite, "qui les ont assurés grâce aux enveloppes en liquide" de l’UIMM.

Le juge Le Loire, selon la même source, souhaite l’interroger à ce sujet et lui a envoyé, par courrier, une convocation, prévue le 13 mars dans son bureau. L’ancien patron de la DCRG a été entendu en février dernier par des policiers dans le cadre de l’affaire de dénonciation calomnieuse Clearstream.

Cette audition faisait suite à des perquisitions, le 16 janvier, à son domicile et à son bureau, à l’occasion desquelles vingt et un cahiers manuscrits tenus par l’ex-directeur de la DCRG ont été saisis. Yves Bertrand, un policier à la réputation parfois sulfureuse, a passé douze années à la tête des RG sous huit ministres. Il évoque dans son livre les dessous de certains scandales de la Vème République.

Yves Bertrand le 5 juillet 2003 à Paris - Jean-Pierre Müller(AFP/Archives)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :