samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Bernard Montel (RSA) répond aux internautes

Bernard Montel (RSA) répond aux internautes

Stéphanie Renault, 01net

mardi 4 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Invité en chat, le directeur technique de RSA, la division Sécurité d’EMC, a évoqué l’authentification forte, la biométrie, mais aussi la sécurité du Wi-Fi.

L’authentification forte a été l’un des sujets les plus souvent abordés lors du chat du 28 février organisé avec Bernard Montel, directeur technique de RSA, la filiale sécurité d’EMC. Authentification forte qui est l’un des chevaux de bataille de RSA. Selon Bernard Montel, « l’authentification forte doit aujourd’hui rentrer dans les habitudes et devient un point nécessaire à toute bonne politique de sécurité. Tant pour les nomades qu’à l’intérieur de l’entreprise. La protection des données passe par la protection des accès à ces données ». Autre sujet dans le vent, le Data Loss Prevention. « Ce domaine couvre à la fois des politiques de sécurité (audit, mise en oeuvre de règles d’usage), mais également des solutions technologiques. L’objectif est de permettre aux entreprises de se prémunir de la perte d’informations sous la forme de données (e-mails, fichiers, etc.) », a expliqué Bernard Montel.

Sur ce domaine, le directeur technique estime que, en France, « il y a encore de quoi faire ». Tandis que, « dans la sécurité périmétrique (pare-feu, antivirus, etc.), la France est plutôt bien équipée ».

La biométrie est-elle le moyen le plus fiable, interroge mp2. « La biométrie, comme toutes les technologies a ses faiblesses (on parle faux/positifs, taux d’erreurs). Elle peut s’avérer coûteuse, car il faut gérer l’aspect humain de la prise d’empreintes, ainsi que l’enregistrement de celles-ci à grande échelle pour une entreprise », a répondu Bernard Montel et de noter que « la biométrie n’est qu’une option parmi d’autres » .

Cryptage quantique et projet Shibboleth

Le futur de la sécurité a également été abordé lors du chat. Ainsi, quand giggz demande « cryptage quantique, rêve ou réalité ? », Bernard Montel estime que le « cryptage quantique est aujourd’hui au stade du laboratoire. L’industrie n’est pas encore prête ». A noter toutefois que des sociétés s’essaient à la commercialisation de la sécurité quantique depuis 2005).

Quant au projet Shibboleth, le directeur technique explique que ce projet de fédération d’identités permet de véhiculer ou de partager un compte et/ou un profil utilisateur entre deux parties. Pour l’heure, « ce projet a rallié le consortium autour du protocole SAML 2.0 qui est, à ce jour, celui rassemblant toutes les solutions de fédération d’identités ». La question d’un internaute sur la sécurité des réseaux Wi-Fi en ville a permis de revenir sur la dernière étude en date réalisée par RSA sur les réseaux Wi-Fi déployés à Paris, à Londres et à New York. Constat : « On peut noter une certaine amélioration sur la protection des réseaux et surtout sur la manière dont ils sont déployés. Les protocoles, quant à eux, sont aujourd’hui fiables. »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :