mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > LG victime d’un espionnage industriel à 1,4 milliard de (...)

LG victime d’un espionnage industriel à 1,4 milliard de dollars

L’Expansion.com

jeudi 6 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Une société chinoise a recruté des anciens cadres LG et plusieurs de ses secrets de fabrication d’écrans plasma.

Comment fabriquer des écrans plats de meilleure qualité en un temps record ? Un groupe chinois a trouvé la réponse : recruter un ancien employé de LG, l’un des trois seuls groupes au monde avec Samsung et Matsushita à maîtriser une nouvelle technologie capable de produire huit dalles d’écrans plasma dans un même substrat, et récupérer grâce à lui de précieux secrets de fabrication. Encore faut-il le faire avec la plus extrême discrétion. Parti s’installer en Chine mais de passage en Corée du Sud dans sa famille, l’ancien cadre de LG passé chez la concurrence a été arrêté en janvier et inculpé mercredi pour espionnage industriel, indique la presse locale.

L’enquête a révélé que le dénommé Jeong avait copié sur un disque dur externe en 2005, juste avant de quitter LG, 1182 fichiers contenant des données cruciales sur la fabrication des écrans plats. L’entreprise chinoise, Changhong-Orion PDP-Chaihong (COC), elle-même issue du rachat du coréen Orion PDP en 2006, spécialiste des écrans plasma, lui a offert lors de son embauche en février 2007 un bonus de 300.000 dollars, un appartement et une voiture de fonction. En échange, l’homme de 49 ans devait fournir les secrets de fabrication de son ex-employeur. Il aurait d’ailleurs continué à s’informer grâce à deux collaborateurs restés en poste chez LG, comme lui inculpés d’espionnage aujourd’hui.

Cette fuite pourrait faire perdre jusqu’à 1,4 milliard de dollars à LG, selon un porte-parole du groupe, qui n’a toutefois pas détaillé ce chiffre. COC prévoit en effet de commercialiser des écrans plasma issus de cette nouvelle méthode de fabrication en décembre prochain, à peine plus d’un an après LG. Pour avoir violé les secrets industriels, les trois inculpés risquent jusqu’à sept ans de prison.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :