dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Caracas a déployé un important dispositif militaire à la frontière (...)

Caracas a déployé un important dispositif militaire à la frontière colombienne

Marie Delcas, le Monde

jeudi 6 mars 2008, sélectionné par Spyworld

Le Venezuela a achevé, mercredi 5 mars, le déploiement de 10 bataillons et d’unités blindées et aériennes à la frontière avec la Colombie. Selon le ministre de la défense, le général Gustavo Rangel Briceno, ce dispositif "n’est pas dirigé contre le peuple de Colombie, mais contre les visées expansionnistes de l’empire" américain.

A Washington, l’Organisation des Etats américains (OEA) a adopté une résolution de compromis, dénonçant la "violation de souveraineté" commise par la Colombie à l’égard de l’Equateur lors de l’attaque contre le chef guérillero Raul Reyes, samedi, en territoire équatorien. Le secrétaire général de l’OEA, José Miguel Insulza, et une commission devraient se rendre à la frontière, avant une réunion des ministres des affaires étrangères des Amériques, le 17 mars.

A Bogota, interrogé sur les raisons qui l’ont poussé à ne pas informer Quito de son opération contre les FARC, le président Alvaro Uribe a répondu : "Une opération de ce genre doit rester secrète pour avoir la moindre chance de succès."

La chaîne RCN a diffusé un entretien avec le président Nicolas Sarkozy, qui réitère l’urgence qu’il y a à obtenir la libération d’Ingrid Betancourt, "une cause nationale pour la France". M. Sarkozy a déclaré que, si les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) acceptaient de la relâcher, "le monde allait les regarder différemment." Rappelant que la guérilla est inscrite sur la liste des organisations terroristes, il a ajouté : "A eux de savoir si ils veulent en sortir ou y rester." Il a aussi souhaité que la crise déclenchée par la mort de Raul Reyes "n’ait pas d’interférence humanitaire".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :