vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > JO : la Chine affirme avoir déjoué des attentats

JO : la Chine affirme avoir déjoué des attentats

AP

dimanche 9 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La police chinoise a capturé et tué des terroristes présumés qui préparaient des attentats contre les Jeux olympiques de Pékin cet été. Vendredi matin, l’équipage d’un avion de ligne a déjoué un attentat terroriste.

La police chinoise a capturé et tué des terroristes présumés qui préparaient des attentats contre les Jeux olympiques de Pékin cet été, alors que l’équipage d’un avion de ligne a déjoué un attentat terroriste cette semaine, ont annoncé différents responsables d’une région du nord-ouest du pays dimanche 9 mars.

Le plus haut responsable du PC dans la province de Xinjiang (nord-ouest), Wang Lequan, a déclaré qu’une perquisition en janvier dernier dans la capitale régionale d’Urumqi avait mené à la découverte d’éléments montrant que l’objectif des terroristes était "spécifiquement de saboter l’organisation des Jeux olympiques de Pékin".

Le Mouvement islamique du Turkestan oriental

"Leur objectif était très clair", a déclaré M. Wang à la presse à Pékin, affirmant que le réseau agissait sur ordre du Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), un groupe séparatiste ouïghour basé au Pakistan et en Afghanistan. Le Xinjiang abrite une importante communauté musulmane turcophone, les Ouïghours, qui est animée d’un vif ressentiment envers le pouvoir répressif et centralisateur de Pékin et le nombre croissant de Hans (la principale ethnie chinoise) dans la région.

M. Wang n’a pas fourni de preuves concrètes étayant ces informations, et des articles de presse parus plus tôt à propos de cette perquisition du 27 janvier dernier n’avaient pas fait allusion à des cibles olympiques. Le journal "Global Times", publié par le PCC, avait alors rapporté que le réseau projetait des attentats à la bombe et autres "incidents terroristes violents" le 5 février, dernier jour ouvrable avant le Nouvel an chinois. Selon le journal, la police avait confisqué des armes à feu et des bombes artisanales. Deux membres du réseau ont été tués et 15 autres arrêtés lors du raid.

Atterrissage forcé

L’incident sur un vol de la compagnie China Southern Airlines a eu lieu vendredi matin peu après le décollage d’Urumqi. L’avion a effectué un atterrissage forcé dans la ville de Lanzhou à 12h40 heure locale, sans faire de blessés ou de dégâts, a déclaré le gouverneur du Xinjiang, Nur Bekri. Il a fourni peu de détails, faisant simplement état d’une tentative de forcer l’avion à s’écraser.

La perquisition et l’attentat déjoué dans les airs ont tous deux été évoqués par les représentants du Xinjiang auprès de la session annuelle de l’Assemblée nationale populaire, qui portait en partie sur le terrorisme.

La Chine combat depuis longtemps les séparatistes dans la province de Xinjiang, affirmant que la plus grande menace terroriste sur son territoire est celle que pose l’ETIM qui est lié, selon elle, à Al-Qaïda et aux talibans. L’ETIM est considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et les Nations unies, mais on estime généralement qu’il ne compte que quelques dizaines de combattants.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :