dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > UIMM : l’ancien directeur des RG auditionné comme témoin

UIMM : l’ancien directeur des RG auditionné comme témoin

Nouvelobs.com

jeudi 13 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Yves Bertrand a été auditionné pendant une heure et demie par le juge Le Loire au pôle financier. Il avait évoqué dans un livre des "enveloppes" de l’UIMM ayant servi à la campagne de VGE en 1974.

L’ancien patron des Renseignements généraux (RG), Yves Bertrand, a été entendu, jeudi 13 mars, dans l’enquête sur les retraits suspects des caisses de l’UIMM, après avoir évoqué des "enveloppes" du patronat de la métallurgie ayant servi à la campagne de Valéry Giscard d’Estaing en 1974. L’ancien directeur central des RG de 1992 à 2004 a été auditionné pendant une heure et demie par le juge Roger Le Loire, selon une source judiciaire. Yves Bertrand est arrivé seul, à pied, au pôle financier du palais de justice de Paris, peu avant 15h. Il est reparti de même. L’ancien patron des RG a précisé s’être expliqué sur des affirmations contenues dans son livre publié en octobre 2007, "Je ne sais rien... mais je dirai tout" (Plon). Dans cet ouvrage, il écrit notamment que des "enveloppes" de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) ont servi à la campagne de Valéry Giscard d’Estaing pour l’élection présidentielle de 1974.

Enveloppes en liquide pour la campagne de VGE

"Seuls quelques naïfs croient encore que VGE a pu mener campagne en 1974 avec les maigres moyens humains des républicains indépendants (le mouvement de M. Giscard d’Estaing, ndlr)", écrit M. Bertrand qui affirme : "Sa logistique, son service d’ordre, ce sont les ’petits gars’ d’Ordre nouveau", un groupuscule d’extrême droite, "qui les ont assurés grâce aux enveloppes en liquide" de l’UIMM. "La fameuse UIMM", souligne l’ancien patron des RG, "dont la gauche ne s’est jamais privée de rappeler qu’elle descendait de l’ancien Comité des Forges", l’ancêtre de l’UIMM créé en 1864, bastion des 200 familles qui tenaient alors la sidérurgie. "Il est important de comprendre ce qui s’est passé dans le passé pour comprendre le présent", a affirmé Yves Bertrand à la sortie de son audition, évoquant un "cours d’histoire".

Pas de "révélation"

Il a précisé ne pas avoir fait de "révélation", mais expliqué au juge le contexte du financement d’organisations syndicales et politiques dans les années 1970. Selon des sources policières alors en poste, à cette époque "pour le patronat, l’ennemi numéro un était le communisme et l’URSS". Le juge Le Loire est chargé d’enquêter sur les bénéficiaires des quelque 19 millions d’euros retirés en liquide entre 2000 et 2007 des caisses de l’organisation patronale de la métallurgie. Les enquêteurs soupçonnent que ces fonds aient servi au financement de syndicats mais n’excluent pas qu’une partie ait pu servir à des financements politiques occultes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :