lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Mais que fait au juste le "Dupuy de Lôme" ?

Mais que fait au juste le "Dupuy de Lôme" ?

Marine nationale, via Corlobe.tk

lundi 17 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le « Dupuy de Lôme » est un bâtiment de la marine nationale dont la Direction du renseignement militaire est la principale autorité d’emploi. C’est un capteur mobile qui s’occupe du recueil, du traitement et de l’analyse du renseignement d’origine électromagnétique en utilisant à son profit le statut juridique de liberté que confère aux espaces maritimes la Convention de Montego Bay de 1982 relative au droit de la mer. Il peut ainsi mener ses missions en toute indépendance et partout dans le monde, jusqu’à 22 kilomètres des côtes d’un Etat. Sa mobilité lui permet de se placer judicieusement pour intercepter, de manière autonome, en toute souveraineté et dans la durée, les émissions électromagnétiques qui ne sont pas accessibles depuis les emprises terrestres de la Direction du renseignement militaire. Le « Dupuy de Lôme » est donc un instrument de souveraineté qui offre à la France une capacité éminente en matière d’autonomie de décision.

La conception du « Dupuy de Lôme » répond aux derniers standards de la construction navale, notamment les normes SOLAS pour Safety of Life At Sea – relatives à la sécurité de la navigation et du personnel, et à la protection de l’environnement –, et offre à ce titre des installations performantes à son équipage, qui les met en oeuvre dans un environnement spacieux dont le confort a été tout spécialement étudié pour répondre aux normes les plus élevées.

JPEG - 488.6 ko

Le système d’arme du « Dupuy de Lôme » est un système intégré d’interception et de traitement du renseignement d’origine électromagnétique, qui dispose d’exceptionnelles capacités dans ce domaine, tant par la performance des équipement dont il dispose que par la qualité des hommes et des femmes qui les mettent en œuvre. C’est l’un des capteurs les performants de la défense, notamment à travers ses capacités d’interception satellitaires. Ce système est mis en oeuvre depuis le "Centre", véritable « CO » du bâtiment, installé dans une vaste cage de "Faraday", et qui accueille 32 postes de travail. Le Centre est armé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dès lors que le bâtiment est en mission, c’est à dire 240 jours par an.

Sa mise en œuvre par un équipage à effectif réduit est rendue possible par l’automatisation poussée des systèmes de conduite, et grâce à un soutien industriel innovant pour la marine. Il nécessite en effet un équipage deux fois moins nombreux qu’un bâtiment classique d’un tonnage équivalent. Le maintien en condition opérationnelle du navire et de ses systèmes est ainsi assuré par deux industriels, Thales Communication et la Maritime nantaise, à travers un contrat de disponibilité dont la maîtrise d’œuvre est aujourd’hui assurée par DCNS depuis la réalisation de la convergence avec Thales Naval France. Ce contrat garantit à la marine et à son client opérationnel, la Direction du renseignement militaire, un taux d’activité du « Dupuy de Lôme » de huit mois par an. Le bâtiment est armé par deux équipages de quelque 70 marins chacun. Chaque équipage prend successivement le « Dupuy de Lôme » en charge pendant six mois par an, dont quatre mois de mission de déploiement opérationnel. Au cours de ces missions, et en fonction de la nature de l’activité et de la zone où il est déployé, le service du navire en charge du recueil du renseignement est renforcé par une trentaine de spécialistes du renseignement provenant des trois armées. C’est donc un équipage réellement interarmées qui conduit les missions opérationnelles du « Dupuy de Lôme ».


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :