samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Italie/enlèvement imam : reprise du procès des agents de la (...)

Italie/enlèvement imam : reprise du procès des agents de la CIA

AFP

mercredi 19 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Un tribunal de Milan (nord de l’Italie) a ordonné mercredi la reprise du procès sur l’affaire d’un ex-imam égyptien enlevé en Italie par des agents de la CIA, suspendu depuis neuf mois dans l’attente d’une autre décision judiciaire, a indiqué l’agence Ansa.

Le juge Oscar Mogi avait suspendu le 18 juin 2007 ce procès dans l’attente d’une décision de la Cour constitutionnelle sur un conflit opposant le parquet de Milan, en charge de l’enquête, et le gouvernement italien qui avait évoqué le secret d’Etat dans cette affaire.

Le gouvernement avait accusé le parquet de violation du secret d’Etat, en raison de l’utilisation par les magistrats d’écoutes téléphoniques de membres du SISMI (services secrets italiens). Le parquet avait pour sa part également déposé un recours contre le gouvernement pour défendre la légalité de son enquête.

Le parquet et le gouvernement ayant établi en janvier dernier le dialogue pour tenter de résoudre leur différend sans passer par la Cour constitutionnelle, le juge Mogi a décidé mercredi de reprendre le procès.

Comme la constitution prévoit une "durée raisonnable pour un procès" et que l’hypothèse d’un accord entre le gouvernement et le parquet semble mettre un terme au conflit entre les deux institutions, M. Mogi a ordonné la reprise du procès avec la discussion des questions préliminaires, ajoute l’agence.

Ce procès est le premier organisé en Europe sur les transfèrements secrets par la CIA de personnes soupçonnées de terrorisme.

Trente-trois personnes sont jugées à Milan, dont 26 agents de la CIA par contumace, pour l’enlèvement en février 2003 de l’ex-imam égyptien Abou Omar, alors soupçonné de terrorisme. Transféré en Egypte après le rapt, il y a été incarcéré et affirme avoir subi des tortures.

Le procès sur cette affaire, qui a coûté le poste également au général Nicolo Pollari, ancien directeur général du SISMI, s’était ouvert le 8 juin 2007.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :