vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le FSB russe accuse des représentants de TNK-BP et du British Council (...)

Le FSB russe accuse des représentants de TNK-BP et du British Council d’espionnage industriel

RIA Novosti

jeudi 20 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Les agents du Service fédéral de sécurité (FSB) ont arrêté un employé de la société TNK-BP Management et le directeur d’un projet du British Council qui ont été accusés d’avoir tenté d’obtenir des informations commerciales confidentielles, a rapporté jeudi le Centre de la communication sociale du FSB.

"Le 12 mars 2008, la Direction d’enquête du FSB a procédé à l’arrestation des citoyens de la Fédération de Russie et des Etats-Unis - A.G. Zaslavski, directeur du projet "Le Club des promus" du British Council, et son frère I.G.Zaslavski, employé de la partie britannique de la société TNK-BP Management - lors d’une tentative d’obtenir des informations classées secret commercial de la part d’un employé d’une entreprise pétrogazière russe", a rapporté le FSB dans son communiqué.

Selon le Service fédéral, ces personnes collectaient des informations secrètes pour le compte de sociétés pétrolières et gazières étrangères, dans le but d’obtenir des avantages face à leurs concurrents russes, y compris dans les marchés des pays de la Communauté des Etats Indépendants (CEI).

"Le même jour, ces personnes ont été assignées à résidence. Le 18 mars, les deux hommes se sont vu notifier les chefs d’accusation retenus contre eux. Le 19 mars des perquisitions ont été menées dans les locaux de TNK-BP et de la société BP Trading Ltd dans le cadre de cette action judiciaire", a précisé le FSB.

Selon le Service fédéral de sécurité, ces perquisitions ont permis de découvrir et de saisir des preuves réelles confirmant le fait d’espionnage industriel : des copies de documents officiels russes, des rapports et des notes ayant trait à l’utilisation des sous-sols et, selon des estimations préliminaires, relevant du secret commercial, ainsi que les cartes de visite d’employés d’administrations militaires étrangères et de la CIA.

Mercredi, au siège de l’une des grosses sociétés pétrolières russes, on procédé à la saisie de documents dans le cadre de l’enquête sur la compagnie pétrolière Sidanco. La société TNK-BP a été instituée en 2003 après la fusion des sociétés TNK, Sidanco et Onaco et des actifs du britannique BP en Russie et Ukraine. La société exploite des champs pétroliers en Sibérie occidentale, dans la Volga-Oural, en Sibérie orientale et dans Sakhaline.

Les actes d’instruction se poursuivent.

Ce n’est pas le premier scandale d’espionnage ayant trait à la Grande-Bretagne de ces dernières années.

En octobre 2006, le Parquet général russe a intenté une action contre des employés de services gouvernementaux russes qui avait remis à la disposition d’un représentant de TNK-BP les photocopies de documents contenant des informations confidentielles. Selon le Parquet, ces matériaux étaient préparés en prévision d’une réunion du gouvernement et contenaient des renseignements classés secret d’Etat.

Selon le Parquet, la divulgation de ces matériaux aurait pu nuire aux intérêts stratégiques de la Russie dans le domaine énergétique et avoir des impacts négatifs sur ses positions sur les marchés internationaux, ainsi que sur sa sécurité énergétique et économique.

En janvier 2006, le FSB a démasqué quatre agents secrets britanniques qui opéraient à Moscou sous le couvert de l’ambassade, et a saisi un dispositif électronique ultramoderne d’espionnage qui avait l’air d’un caillou. Le FSB a alors interpellé un citoyen russe qui voulait établir un contact radio avec les services secrets britanniques. A l’époque, le Foreign Office a exprimé son étonnement et sa préoccupation face aux soupçons d’espionnage adressés à des diplomates britanniques.

En juin 2007, un ancien agent des services secrets russes, Viatcheslav Jarko, s’est présenté au FSB pour annoncer qu’il avait été recruté par les services d’espionnage britanniques et révéler les noms de quatre agents du MI-6 en Russie. D’après les données du FSB, les activités de 22 espions de métier et de 71 agents de services secrets étrangers ont été interrompues en 2007 en Russie.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :