jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Pour la NSA, la virtualisation crée de nouvelles menaces et de nouvelles (...)

Pour la NSA, la virtualisation crée de nouvelles menaces et de nouvelles solutions sécuritaires

Marie Caizergues, Lemondeinformatique.fr

jeudi 20 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Pour éviter les dangers de la virtualisation sans se priver de ses bénéfices, l’agence américaine collabore avec l’industrie pour de nouvelles formes de sécurité informatique.

Souvent décriée, la NSA (National Security Agency), agence de surveillance américaine, collabore régulièrement avec les industriels pour améliorer la sécurité des produits informatiques, tout en se ménageant un accès discret. Dernier sujet en date : la virtualisation.

Sur ce sujet, la NSA a travaillé - entre autres - avec VMWare, IBM, AMD et Trusted Computing Group pour identifier les risques que pose cette technologie et comment y remédier. Pour Don Simard, directeur solutions commerciales à la NSA, le risque majeur concerne la puissance de calcul de certains composants d’un PC : « les cartes graphiques et réseaux ne sont après tout que des ordinateurs miniatures qui voient tout ce qui se passe dans les machines virtuelles. »

Elles pourraient donc potentiellement héberger des spywares ou d’autres logiciels malveillants, qui contourneraient ainsi les mesures de sécurité classiques de la machine. Face à ce risque, AMD a introduit dans son protocole AMD-V, un « vecteur d’exclusion » qui indique quelle extension matérielle peut accéder aux machines virtuelles ou non. De même, Intel propose une architecture spécifique pour la virtualisation, Intel VT.

Si la virtualisation peut être une menace, elle peut aussi apporter une couche de sécurité supplémentaire, en permettant l’installation d’une couche chargée de la sécurisation de l’ordinateur indépendante du système d’exploitation principal et de ses éventuelles failles. A condition, précise Don Simard, que cette couche ne soit pas elle-même compromise par une conception et une implantation médiocre sur les produits commerciaux.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :