vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Le Kremlin resserre son contrôle sur le Net

Le Kremlin resserre son contrôle sur le Net

Laure Mandeville, le Figaro

jeudi 20 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Une série de mesures vise à restreindre la foisonnante liberté de parole qui irrigue une Toile devenue le refuge de l’opposition.

Le contraste est flagrant entre le verrouillage croissant de la scène politique russe et la liberté de parole que l’on trouve sur Internet en Russie. Depuis des semaines, tous les sites des journaux d’opposition en ligne se sont par exemple emparés de l’affaire de l’emprisonnement de Maxime Reznik, figure saint-pétersbourgeoise d’une nouvelle génération libérale d’opposants, arrêté le 3 mars après une altercation avec la police. Lettres ouvertes dénonçant la provocation des forces de l’ordre, éditoriaux appelant à sa libération, vidéos du jeune leader expliquant son intention de ne pas « abandonner la Russie aux Poutine et aux Medvedev »… Internet permet de suivre les péripéties de la nouvelle vedette du parti socio-libéral Iabloko, toujours en détention provisoire.

De manière plus générale, on ne compte plus les sites de discussion et les blogs vivants et engagés comme le Livejournal, qui commentent, dénoncent et démentent la façade lisse de la maison Russie telle que la présentent les chaînes de télévision progouvernementales. « Nous ne sommes pas la Corée du Nord, Internet est un lieu de liberté indéniable pour l’opposition », confiait pendant la présidentielle le satiriste Viktor Chenderovitch.

« Le pouvoir a peur »

Mais ce refuge moderne de la liberté d’expression qui distingue la Russie de la Chine par un autoritarisme plus subtil et plus ciblé pourrait se trouver menacé, sinon entravé, par les nouvelles mesures prises par le pouvoir russe pour mieux contrôler la Toile. Un décret gouvernemental rendu public le 26 février oblige les fournisseurs d’accès Internet à laisser les services de renseignements russes, le FSB, contrôler leurs sites et lire les mails de leurs clients en toute liberté. Pire encore, ces fournisseurs doivent s’équiper à leurs frais de technologies coûteuses permettant de surveiller les utilisateurs à leur insu. Un nouveau texte de loi propose par ailleurs d’interdire l’achat, par des compagnies étrangères, de fournisseurs d’accès Internet en Russie. « Le pouvoir a peur, expliquait récemment le patron du Centre du journalisme des situations extrêmes, Oleg Panfilov. Cette peur d’Internet a émergé il y a quatre ans, quand ce média est devenu le principal vecteur d’information de la révolution ukrainienne. »

Le pouvoir a donc créé une nouvelle agence fédérale chargée de superviser Internet et son contenu. Selon Radio Free Europe, celle-ci pourrait rendre obligatoire l’enregistrement, auprès des autorités, des blogs les plus fréquentés au titre de médias d’information ; cette procédure permettant évidemment d’écarter ou de mater les plus insolents comme cela a été le cas pour le site sibérien « Novy Fokus »… La Russie pourrait aussi être tentée de prendre exemple sur la Chine où les grands moteurs de recherche comme Google et Yahoo ! ont accepté de censurer une partie de leurs banques de données en fonction de mots clés, à la demande du gouvernement.

Pourtant, soulignent journalistes et experts, ce désir de contrôle de la Toile suscite un vrai dilemme pour le pouvoir : à court terme, il n’est pas certain que les autorités aient intérêt à se priver de ces « soupapes de liberté » qui rendent la vie de l’intelligentsia libérale supportable. Mais, à plus long terme, la démocratisation de la Toile pourrait devenir un vecteur de mobilisation politique de la société, comme elle le fut en Ukraine.

35 millions d’utilisateurs

Le contrôle d’Internet représente en tout cas un enjeu gigantesque pour un pouvoir qui a fait de la propagande d’État l’un des instruments de sa réussite sous Poutine. Selon les informations communiquées à la Douma le 13 mars par le ministre des Technologies d’information, Leonid Reiman, la Russie compterait 35 millions d’utilisateurs d’Internet. D’autres chiffres parlent de 25 millions d’internautes de plus de 18 ans. Une masse trop importante pour être négligée.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :