dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Même réformé, le renseignement garderait son budget secret

Même réformé, le renseignement garderait son budget secret

AFP

mardi 9 novembre 2004, sélectionné par Spyworld

logo

Le budget du secteur du renseignement américain devrait rester secret même s’il était réformé en profondeur, des sénateurs ayant accepté cette exigence de la majorité républicaine de la Chambre des représentants, selon un communiqué. "C’est un compromis majeur de notre part", ont souligné la sénatrice républicaine Susan Collins et le démocrate Joseph Lieberman, co-auteurs d’un projet de loi adopté à la quasi-unanimité par le Sénat il y a un mois et resté lettre morte, faute d’accord avec la Chambre des représentants. La réforme du secteur du renseignement, mis en cause pour son incapacité à empêcher les attentats du 11 septembre 2001 et pour ses erreurs d’analyse dans l’évaluation de la menace irakienne, a été recommandée en juillet dernier par la commission d’enquête indépendante sur le 11 septembre. Cette commission avait, entre autres réformes, proposé de rendre public le budget global du renseignement, évalué à une quarantaine de milliards de dollars. Le Sénat a voté un texte en ce sens, mais la majorité de la Chambre tient à maintenir le secret. La réforme en débat vise principalement à créer un poste de "directeur national du renseignement" (NID), super-patron de l’antiterrorisme censé avoir la haute main sur toute la nébuleuse des agences du renseignement, avec autorité budgétaire étendue. Des parlementaires républicains et démocrates, élus du Sénat et de la Chambre, négocient depuis près d’un mois pour parvenir à un texte commun. Devant la lenteur des progrès, Mme Collins avait exprimé il y a une dizaine de jours sa crainte que la réforme s’enlise définitivement, doutant que le Congrès nouvellement élu veuille reprendre le projet à zéro à partir de janvier. "Nous espérons que la Chambre accueillera favorablement notre proposition pour que nous puissions" proposer un texte définitif au président Bush "d’ici à la fin de l’année", a-t-elle fait valoir lundi avec M. Lieberman. Actuellement, quelque 80% du budget du renseignement est contrôlé par le département de la Défense, alors que la réforme prévoit de confier au NID une autorité budgétaire étendue. Mme Collins et M. Lieberman proposent que la décision de publier le budget du renseignement revienne au Congrès, sur avis du NID dont l’autorité budgétaire serait garantie dans la loi.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :