vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > EADS s’associe à Northrop Grumman pour pénétrer le marché (...)

EADS s’associe à Northrop Grumman pour pénétrer le marché américain

Dominique Gallois, le Monde

jeudi 8 septembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

L’alliance était attendue depuis plusieurs mois et espérée pour le Salon du Bourget. Elle a été annoncée mercredi 7 septembre. Le groupe de défense européen EADS et l’américain Northrop Grumman s’unissent pour participer à l’appel d’offres concernant le renouvellement des avions ravitailleurs de l’US Air force.

Un premier contrat pour le remplacement d’une centaine de ravitailleurs vieillissants, attribué en 2003 à Boeing pour un montant de 23,5 milliards de dollars (18,90 milliards d’euros), avait été suspendu l’année suivante en raison d’irrégularités dans le processus d’attribution. Depuis, le Pentagone a promis de lancer un nouvel appel d’offres. Le marché potentiel est important car il concerne à terme 500 appareils.

Bien décidé à concurrencer Boeing, EADS a décidé de se mettre sur les rangs. Mais il ne peut le faire qu’en ayant un partenaire américain et un site de fabrication aux Etats-Unis. En juin, le groupe a annoncé avoir retenu la ville de Mobile, en Alabama, pour implanter son site américain destiné à l’assemblage de l’avion ravitailleur. L’installation sera opérationnelle dès 2006. En revanche les discussions avec son futur partenaire ont avancé plus lentement, étant pénalisées par le conflit sur les aides remboursables accordées par les gouvernements européens à Airbus et dénoncées par Boeing. L’affaire a été portée devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Fin mai, la Chambre américaine des représentants proposait d’interdire tout contrat militaire "avec une entité étrangère ayant reçu une subvention d’un gouvernement membre de l’OMC, faisant l’objet d’un recours américain". Cette proposition, si elle aboutissait, empêcherait EADS de concourir à l’appel d’offres pour les avions ravitailleurs. Le 15 juin, dans un entretien au Financial Times , Ronald Sugar, le patron de Northrop Grumman, indiquait qu’une telle décision remettrait alors en cause sa participation à une alliance avec le groupe franco-allemand. Depuis, une accalmie s’est produite. Le Congrès américain a examiné cette proposition, sans donner suite pour l’instant.

"Notre association avec Northrop Grumman pour le programme du ravitailleur KC-30 est une étape significative dans notre stratégie de pénétration du marché américain de la défense", a souligné dans un communiqué, mercredi, le président des activités d’EADS en Amérique du Nord, Ralph Crosby.

Avec l’A330, EADS est entré significativement sur le marché des avions ravitailleurs en janvier 2004 en emportant face à Boeing un contrat de 13 milliards de livres (18,8 milliards d’euros) pour la livraison et l’entretien d’une vingtaine d’appareils à l’armée britannique. Dans la foulée, il décrochait en avril un contrat en Australie pour cinq appareils d’un montant de 1,48 milliard de dollars.

EADS et Northrop Grumman travaillent déjà en commun sur l’Euro Hawk, un projet d’avion de surveillance à haute altitude sans pilote (drone). Ils sont également associés dans le contrat TIPS (Transatlantic Industrial Proposed Solutions) de l’OTAN pour la fourniture en 2005 d’une flotte d’avions de reconnaissance. En septembre 2004, le constructeur américain s’est associé à Eurocopter, filiale d’EADS, pour concevoir un hélicoptère de recherche et de secours destiné à l’armée de l’air américaine.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :