vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Le Terrible, nouveau fleuron de la dissuasion française

Le Terrible, nouveau fleuron de la dissuasion française

Arnaud de La Grange, le Figaro

vendredi 21 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le chef de l’État assiste vendredi à Cherbourg au lancement de ce nouveau sous-marin nucléaire.

S’afficher un recentrage sur les grandes fonctions régaliennes d’un président de la République, Nicolas Sarkozy ne pouvait faire mieux qu’aujourd’hui, en revêtant ses habits de chef des armées. Et en s’attaquant à un sujet d’une abyssale gravité, la dissuasion nucléaire.

Le chef de l’État va assister à Cherbourg, à la présentation du nouveau fer de lance de la force nucléaire française, le dernier-né des quatre sous-marins nucléaires (SNLE) de nouvelle génération. Le Terrible est le symbole d’un nouveau monde où la menace nucléaire tend chaque jour de s’étendre, et de l’adaptation de la doctrine française. Par rapport à ses trois prédécesseurs (le Vigilant, le Téméraire et le Triomphant), il aura dès 2010 la particularité d’être le premier SNLE qui pourra lancer le nouveau missile nucléaire M51. Le premier missile français à portée «  totalement intercontinentale  », souligne-t-on à l’Élysée, qui pourra toucher n’importe quel point du globe depuis sa zone de patrouille. Sa portée secrète serait d’au moins 8 000 kilomètres, contre 6 000 pour son prédécesseur. Le nouveau sous-marin sera aussi mille fois plus silencieux que les anciens SNLE.

Les sous-marins lanceurs d’engins nucléaires restent l’apanage des grandes puissances. Les nouveaux pays qui forcent la porte du club nucléaire devront pour longtemps se contenter de missiles tirés depuis la terre. La Chine, ainsi, éprouve encore de grandes difficultés pour maîtriser ses SNLE. Avant d’être une boule de puissance, le SNLE est un incroyable concentré de savoir-faire technologique avec la maîtrise de l’énergie nucléaire embarquée comme la capacité à tirer un missile balistique sous l’eau.

« Souplesse précieuse »

Les chiffres donnent le vertige. Avec sa propulsion nucléaire, le Terrible est une petite centrale EDF, qui pourrait alimenter une ville de plus de 100 000 habitants. Et même s’il pourra revendiquer, lui, le titre de bâtiment le moins visité au monde, il a un point commun avec la tour Eiffel : son poids, qui oscille autour de 14 000 tonnes. Le missile M51, dont un nouveau test serait imminent, pèse56 tonnes, soit l’équivalent d’un char Leclerc qui parcourrait Paris-Marseille en moins de 5 minutes !

« Le contrat fixé par la République est clair, expliquait récemment au Figaro l’amiral Yves Boiffin, patron de la force océanique stratégique : à tout instant, au moins un SNLE à la mer, et un deuxième si les circonstances l’exigent. » Un rythme qui nécessite d’avoir quatre sous-marins, pour se jouer des périodes d’entretien. Ce format à quatre SNLE a été décidé en 1996, la France en ayant aligné jusqu’à six aux grandes heures du choc des idéologies.

Quelque 85 % des têtes nucléaires françaises sont emportées par la composante sous-marine, le reste étant confié à la composante aéroportée. Nicolas Sarkozy doit annoncer vendredi le maintien de cette dernière, un temps en débat. Même si les FAS (forces aériennes stratégiques) devraient passer de 60 à 40 avions. Les deux composantes apportent une « souplesse précieuse », explique-t-on à l’Elysée. A fortiori dans un monde où l’atome prolifère tous azimuts.

Le sous-marin nucléaire lanceur d’engins, le Terrible, ici en cale sèche à Cherbourg, est inauguré vendredi par le président de la République. Il sera opérationnel en 2010.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :