dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > EADS : vers l’abandon de l’idée d’une "golden share" pour (...)

EADS : vers l’abandon de l’idée d’une "golden share" pour Paris et Berlin

AFP

lundi 24 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le président du conseil d’administration de EADS, Rüdiger Grube, se prononce pour interdire l’entrée d’un investisseur étranger à plus de 15% dans le groupe européen d’aéronautique et de défense, plutôt que d’accorder une "golden share" à la France et l’Allemagne.

Dans un entretien au quotidien britannique Financial Times paru lundi, M. Grube, qui représente le principal actionnaire allemand privé de EADS, le constructeur automobile Daimler, a déclaré que les statuts de EADS seraient probablement changés pour pouvoir empêcher "quelqu’un qui voudrait prendre plus de 15% dans le groupe".

M. Grube préside depuis l’automne dernier un groupe de travail chez EADS planchant sur l’octroi d’une éventuelle "golden share" —une action préférentielle dotée d’un droit de veto, attribuée aux Etats français et allemands au sein du géant européen— qui devait présenter ses résultats lors de l’assemblée générale ordinaire du groupe, en mai prochain.

"Les principaux actionnaires devraient décider (qui peut prendre une participation stratégique) et non quelqu’un qui n’est pas un actionnaire actuellement", déclare M. Grube, au journal des affaires britannique.

Aujourd’hui, l’Etat allemand n’est pas présent au capital. Daimler (15%) associé à un consortium d’investisseurs (7,5%) incluant des Länder allemands représente les intérêts allemands. L’Etat français détient actuellement 15% du capital d’EADS au sein d’une holding, Sogeade, où il est associé au groupe Lagardère (12,5% du capital, en passe de descendre à 7,5%).

Les déclarations de M. Grube au Financial Times vont dans le sens d’informations divulguées par la presse allemande ces derniers jours, citant des sources industrielles, selon laquelle l’idée d’une "golden share" au sein d’EADS aurait été abandonnée, au profit d’une limitation des droits de vote pouvant être détenus par un seul actionnaire à 15%.

Le 12 mars dernier, le Français Arnaud Lagardère, gérant-commandité du groupe de médias Lagardère, actionnaire d’EADS, s’était déclaré en faveur de la création d’une "golden share" de EADS, sur laquelle il espérait un accord dans "quelques semaines".

Le président du conseil d’administration de EADS, Rüdiger Grube, le 16 juillet 2007 à Amsterdam - © AFP/archives Sven Marquardt


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :