vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Accusé de corruption, le commissaire Moigne placé en détention

Accusé de corruption, le commissaire Moigne placé en détention

Thierry Lévêque, Reuters

mardi 25 mars 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Patrick Moigne, commissaire de la branche financière de la police parisienne mis en examen pour corruption passive d’une personne dépositaire de l’autorité publique, a été placé en détention provisoire par la cour d’appel de Paris, a-t-on appris de source judiciaire.

La chambre de l’instruction a suivi la demande du parquet qui avait fait appel de sa remise en liberté sous contrôle judiciaire et sous caution de 50.000 euros, accordée initialement par un juge des libertés le 14 mars.

Suspendu de ses fonctions par le ministère de l’Intérieur, cet officier, qui dirigeait depuis 2003 la Brigade de lutte contre les fraudes aux moyens de paiement, est soupçonné d’avoir utilisé ses fonctions pour monnayer des informations confidentielles auprès d’officines de renseignement privées.

Il aurait ainsi vendu des informations relatives à des perquisitions ou des opérations de police à venir dans des dossiers visant Total. A d’autres, il aurait vendu des informations extraites du fichier national de police STIC, qui répertorie des millions de procédures, pour des sommes se montant au total et en l’état du dossier à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Deux acheteurs présumés de ces informations, dont Jacques Le Roy, ancien policier de la Brigade financière devenu employé d’une société "d’intelligence économique", officine de renseignement privé, sont aussi mis en examen pour corruption et ont été laissés libres.

Le groupe pétrolier Total, interrogé la semaine dernière, n’a souhaité faire aucun commentaire. Son directeur général, Christophe de Margerie, est mis en examen dans deux dossiers de corruption. L’un vise le programme onusien pour l’Irak "pétrole contre nourriture", l’autre des opérations en marge d’un contrat d’exploitation du champ de gaz South Pars en Iran.

Une autre procédure pour "blanchiment de capitaux" susceptible de viser Total, concernant des versements suspects à un ancien ministre de la Justice du Cameroun, est en cours à Paris.

Patrick Moigne, 48 ans, était en contact avec toutes les grandes unités de la police parisienne chargées des "affaires" politico-financières, qui enquêtent en particulier sur ces deux dossiers.

Ce policier jusqu’ici très bien noté avait effectué une carrière sans histoire dans la police des réseaux ferrés, à la police du Val-de-Marne, aux stupéfiants, et dans la police financière depuis 2002. C’est l’un des plus hauts gradés de la police jamais mis en cause dans une affaire de corruption.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :