vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM : la Roumanie propose d’étendre bouclier antimissile US à tous (...)

ABM : la Roumanie propose d’étendre bouclier antimissile US à tous les membres de l’OTAN

RIA Novosti

mercredi 2 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre roumain de la Défense, Teodor Melescanu, a estimé mercredi que le bouclier antimissile américain, dont Washington souhaite implanter plusieurs éléments en Europe de l’Est, devrait protéger tous les membres de l’OTAN.

"L’installation de moyens antimissiles en Pologne et en République tchèque se fonde sur les relations bilatérales entre les Etats-Unis et ces deux pays. Cette initiative n’a qu’un défaut : elle ne protège pas tous les pays membres de l’OTAN", a-t-il déclaré dans une interview publiée par le quotidien russe Vremia Novosteï en prévision du sommet de l’OTAN qui s’ouvre mercredi à Bucarest.

"Les Alliés doivent prendre des mesures politiques, scientifiques et techniques pour garantir la sécurité de tous les membres, dont la Roumanie, la Bulgarie, la Turquie et la Grèce. Lors du sommet, nous pourrions adopter une déclaration politique au sujet du bouclier antimissile pour réitérer le principe de l’indivisibilité de la sécurité", a affirmé le ministre roumain.

Selon M. Melescanu, cela permettrait aux Alliés d’analyser au niveau des experts les possibilités qui existent pour conjuguer leurs efforts, et celles que propose la coopération russo-américaine dans ce domaine afin de prévenir une éventuelle attaque contre leurs territoires.

"Nous ne croyons pas que le bouclier antimissile doive être dirigé contre quelqu’un. C’est un moyen purement défensif", a-t-il relevé.

A la question de savoir pourquoi Bucarest soutenait l’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine à l’OTAN, le ministre roumain a répondu : "Il est très important que la sécurité garantie par l’OTAN soit étendue aux Balkans et à la région de la mer Noire, deux régions qui revêtent à notre avis une importance cruciale".

"Pour nous, il est primordial que l’Ukraine, la Géorgie, la Turquie, la Russie et d’autres pays riverains de la mer Noire puissent dialoguer et travailler à un objectif commun, celui de garantir la sécurité régionale", a-t-il affirmé.

Selon M. Melescanu, la Roumanie appuie également l’invitation faite à la Croatie, à l’Albanie et à la Macédoine à rejoindre l’OTAN, ce qui lance un signal clair aux trois autres pays de la région - la Serbie, le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine.

Le ministre roumain a tenu à préciser que les Etats-Unis n’allaient pas déployer de bases militaires en Roumanie. "Nous avons juste autorisé les Etats-Unis à exploiter certains sites militaires où des soldats américains et roumains suivent des entraînements conjoints", a-t-il précisé.

"Il ne s’agit aucunement d’une présence permanente de troupes sur des bases opérationnelles. Il s’agit seulement d’un entraînement militaire et d’une possibilité, en cas de crise, de coopérer avec d’autres Etats alliés, y compris avec les Etats-Unis, dans le cadre des opérations internationales de sécurité ", a résumé M. Melescanu.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :