vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM en Europe de l’Est : le lobby militaire américain penche (...)

ABM en Europe de l’Est : le lobby militaire américain penche davantage pour l’Espace (RBC Daily)

RIA Novosti

jeudi 10 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis pourraient déployer leur système national de défense antimissile (ABM) dans l’espace, en installant sur une orbite circumterrestre un ensemble de satellites dotés de missiles intercepteurs, lit-on jeudi dans le journal RBC Daily.

Pour le complexe militaro-industriel américain, le programme de déploiement de missiles dans l’espace pourrait, en perspective, remplacer le système de défense antimissile en Europe de l’Est. L’efficacité et la gestion d’un tel ABM spatial suscitent de sérieux doutes.

Le système orbital "permettra au système national de défense antimissile de réagir plus rapidement aux menaces qui peuvent surgir", a déclaré mardi, lors du symposium spatial national à Colorado Springs, le sénateur républicain Wayne Allard, connu comme le chef du lobby spatial militaire au Congrès.

Le sénateur a invité à ne pas comparer le nouveau système spatial de défense antimissile avec le projet Guerre des étoiles. Selon lui, la menace principale émane aujourd’hui non pas des superpuissances, comme à l’époque de la guerre froide, mais de "petits groupements, mobiles et hautement technologiques, capables de lancer un missile nucléaire de n’importe quel point du globe".

L’efficacité et, c’est là l’essentiel, la possibilité de diriger des systèmes spatiaux de défense antimissile suscitent de sérieux doutes. "Les systèmes de défense antimissile de stationnement terrestre, à la différence d’un dispositif installé en orbite, peuvent être toujours réparés en cas de panne, et modernisés en cas de nécessité", a souligné Andreï Ionine, expert du Centre d’analyse des stratégies et des technologies de Moscou.

Qui plus est, la protection des systèmes antimissiles spatiaux contre la menace de blocage et d’interception est bien plus faible que celle des systèmes terrestres. "Ce sont justement "ces petits groupements hautement technologiques", redoutés par les Américains, qui sont capables de pirater le système de commande des ordinateurs et de mettre hors service les dispositifs spatiaux de défense antimissile, ou bien de s’en servir pour attaquer des cibles sur le territoire des Etats-Unis".

Le projet de système ABM spatial est pour le complexe spatial militaire américain une sorte de compensation, car il risque de perdre le marché de l’installation du système de défense antimissile en Pologne et en République tchèque. Le Congrès examine actuellement les demandes pour le budget militaire 2009 et la majorité démocrate de la chambre haute a l’intention de réduire les crédits réclamés pour la construction de l’ABM est-européen. "D’une part, le Congrès comprend que les commandes de l’Etat sont nécessaires pour un développement normal de l’industrie spatiale militaire, estime Bill Kincaid, analyste du Royal United Services Institute de Londres. Mais d’un autre côté, la poursuite des travaux de déploiement de la défense antimissile en Pologne et en République tchèque comporte trop de risques politiques sérieux".

Cet article est tiré de la presse et n’a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :