mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Zapatero prête serment en Espagne, une femme à la Défense

Zapatero prête serment en Espagne, une femme à la Défense

Ben Harding, Reuters

dimanche 13 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

José Luis Rodriguez Zapatero a prêté serment samedi à la tête du nouveau gouvernement espagnol et nommé une femme ministre de la Défense, une grande première.

"Je jure sur ma conscience et mon honneur de remplir fidèlement les obligations de président du gouvernement", a-t-il dit, la main droite posée sur la Constitution, devant le roi Juan Carlos au palais de la Zarzuela, près de Madrid.

Il a ensuite annoncé lors d’une conférence de presse la composition de son nouveau gouvernement, avec une surprise, la désignation de Carme Chancon, ancienne ministre du Logement actuellement enceinte, à la Défense.

Son ancien conseiller économique Miguel Sebastian devient ministre de l’Industrie, qui apparaît comme un poste-clé.

Pour la première fois dans un gouvernement espagnol, les femmes sont plus nombreuses que les hommes, neuf contre huit, un signe de la volonté réformiste affichée par Zapatero lors de la campagne qui a conduit à sa réélection le 9 mars dernier.

A 31 ans, Bibiana Aido devient la première ministre de l’Egalité.

Un nouveau ministère, celui de la Science et de l’Innovation, dirigé par Cristina Garmendia, est également créé, "dans le but de stimuler la croissance", a dit Zapatero ;

La nomination de son conseiller Sebastian à l’Industrie, un portefeuille qui inclut le secteur énergétique, prend un relief particulier à la lumière du rôle tenu par le nouveau ministre dans la guerre livrée pendant deux ans pour le contrôle d’Endesa.

Selon les experts, Sebastian s’est opposé dans ce dossier aux ambitions de l’allemand E.ON et a contribué à la victoire de l’italien Enel et du groupe espagnol Acciona.

UN MINISTRE DE L’INDUSTRIE NON CATALAN

Pour la première fois depuis plus de dix ans, le ministre de l’Industrie n’est pas un Catalan et il ne devrait peut-être pas voir d’un oeil favorable les rumeurs de rapprochement entre le catalan Gas Natural et Iberdrola, le premier groupe espagnol de services.

Cette attitude pourrait servir les intérêts du français EDF, qui a marqué son intérêt pour Iberdrola, un rapprochement qui selon certaines sources ne déplairait pas à Zapatero.

Le très respecté Pedro Solbes, 65 ans, reste ministre de l’Economie. Mais contrairement à ce qu’il a connu il y quatre ans, il doit faire face aujourd’hui à une situation délicate, avec une inflation de 4,5%, une croissance en berne et un chômage en hausse - avec 800.000 chômeurs en plus d’ici deux ans, selon certaines prévisions.

Zapatero a promis aux parlementaires de s’attaquer rapidement aux difficultés traversées par l’économie espagnole en raison de la récente crise immobilière.

Le gouvernement doit annoncer un plan de relance de 22 milliards d’euros comprenant un crédit d’impôt de 400 euros, des aides au secteur du BTP et une prime de retour au pays pour les immigrés au chômage.

Avec 43,6% des voix, le PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) s’est adjudgé 169 des 350 sièges au Congrès des députés, soit cinq de plus qu’il y a quatre ans.

L’opposition conservatrice, le Parti populaire (PP) de Mariano Rajoy, a également gagné cinq élus de plus par rapport à 2004, soit 153 élus.

Il manque sept sièges aux socialistes pour disposer de la majorité absolue et le PSOE sera de nouveau contraint de composer avec les nationalistes catalans pour faire adopter ses projets de loi.

Le FMI prévoit une croissance de 1,8% en espagne cette année contre 3,8% en 2007.

Version française Guy Kerivel


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :