dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Des stages pour s’initier à la veille documentaire sur (...)

Des stages pour s’initier à la veille documentaire sur Internet

Michaëla Bobasch, le Monde

mardi 13 septembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Recevoir régulièrement dans son courrier électronique des informations fiables, actualisées, et ciblées selon ses centres d’intérêt, c’est possible grâce à la veille documentaire sur Internet.

La technique consiste à utiliser des fils de nouvelles (aussi appelés fils RSS, really simple syndication ), sigle du format le plus courant, pour récupérer gratuitement de l’information à partir de sources préalablement sélectionnées.

Il s’agissait au départ, pour les éditeurs de sites Web, d’afficher sur leur site des contenus provenant d’autres sources, sans avoir à les reproduire eux-mêmes ; on appelle cette démarche de publication simultanée la "syndication de contenu".

Cette technologie, essentielle pour l’échange de données et la recherche avancée d’informations, a été créée en 1997 par la société Netscape, puis développée par Dave Winer, de la société Userland Software, dans différentes versions (de RSS 0.90 à RSS 2.0).

Comme il n’existait pas de norme en la matière, ni de format standard, une véritable lutte s’est engagée entre Dave Winer et ses concurrents, qui ont créé un nouveau format, nommé d’abord Echo, puis ATOM (Action Site Summary).

Devant le succès d’ATOM, Dave Winer a proposé une fusion des formats ATOM et RSS 2.0, dont la spécification est désormais hébergée par le Berkman Center (école de droit de Harvard).

Le sigle a également évolué : RSS signifiait au départ Rich Site Summary (sommaire de site enrichi) et maintenant Really Simple Syndication (une syndication vraiment simple).

Ce système présente l’avantage pour l’internaute d’obtenir directement ce qui l’intéresse, sans avoir à visiter chacun des sites pour s’apercevoir trop souvent qu’il n’a pas été mis à jour.

Il évite aussi les désagréments des lettres d’information. "On ne donne plus son adresse électronique ; on va chercher une fois pour toutes l’adresse URL (Uniform Resource Locator) du flux souhaité, qu’il est facile ensuite de supprimer en cas de déception. Enfin, contrairement à l’e-mail, RSS rend impossible la diffusion de spams et de virus", indiquent Cyril Fievet et Marc-Olivier Peyer dans un article du 11 avril, intitulé RSS et Syndication, sur pointblog.com.

Selon Jonathan Landemard qui anime les séances d’initiation à la veille documentaire dans le cadre des ateliers multimédias du Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ), "la première démarche consiste à aller voir si les sites susceptibles de vous intéresser proposent un fil RSS ou ATOM".

Cette indication se trouve souvent en bas de la page d’accueil du site, sous forme d’icône ou de lien : par exemple, RSS, "syndication RSS 2.0", RDF (Resource Description Framework), ou XML. En recopiant cette adresse dans son fichier, on voit apparaître des codes qui permettront l’affichage automatique des informations lors de chaque actualisation.

AGRÉGATEUR DE CONTENU

Pour consulter les fils RSS, il faut disposer d’un outil spécifique, appelé "lecteur RSS" ou "agrégateur de contenu". "Il s’agit d’un programme capable de décoder les fichiers (date, titre, auteur) et d’alerter l’utilisateur lorsqu’il y a une mise à jour sur l’un des sites sélectionnés", poursuit Jonathan. Il conseille le logiciel gratuit Sharp recorder, qui n’existe que sur Windows ; il suffit de cocher la case "suscribe to file" et quelques secondes plus tard on voit apparaître le titre et les sources.

On peut obtenir, selon le site, le titre de l’article, le début ou un résumé de celui-ci, ou bien le texte dans sa totalité. Par la suite, le lecteur RSS ira régulièrement chercher la version la plus récente des fichiers RSS choisis, au fur et à mesure de leur actualisation, ce qui permet un gain de temps considérable.

L’utilisateur peut organiser sa veille documentaire avec les options : le verrouillage (lock item) évite l’effacement intempestif du message tant qu’il n’a pas été lu, le classement (flag) permet de hiérarchiser les informations reçues, par ordre d’importance ou mots-clés.

Certains sites proposent des fils RSS par thèmes, comme celui du Monde (International, France, Entreprise), ou le site sur les enjeux de l’Internet, alimenté par le Centre national de la recherche scientifique (www.internet-actu.net) qui donne des informations sur l’e-démocratie, l’e-administration, l’économie, l’éducation, la formation et la communication.

Enfin, il existe des annuaires en ligne de fils RSS. Citons les francophones www.lamoooche.com (sur Mozilla Firefox) ou www.retronimo.com) et "Safari" pour Mac. Autant de pistes pour les participants à l’atelier, pour moitié étudiants et pour l’autre demandeurs d’emploi. Certains, encore novices, reviendront pour des travaux pratiques.


Ateliers gratuits ouverts à tous, à l’espace jeunes numérique, Point Cyb, CIDJ, 91, quai Branly, 75740 Paris Cedex 15. Inscriptions : du lundi au vendredi, de 11 heures à 12 h 30, au 01-44-49-13-25. Programme des ateliers sur www.cidj.com (organiser sa recherche sur Internet, initiation à la mise en pages, graphisme sur le Web, référencer son site Web). Animations multimédia dans 600 Points Cyb en France ; www.generationcyb.net


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :