lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Le député Pierre Lellouche (UMP) juge que "l’ouverture atteint ses (...)

Le député Pierre Lellouche (UMP) juge que "l’ouverture atteint ses limites"

AFP

mercredi 23 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le député UMP Pierre Lellouche a jugé mercredi sur RTL que la politique d’"ouverture" de Nicolas Sarkozy dans le choix des ministres des affaires Etrangères et de la Défense avait atteint "ses limites", dénonçant la "légèreté et la désinvolture" du ministre (centriste) Hervé Morin sur un second porte-avions.

"Les orientations du président sont bonnes sur la politique étrangère et sur la défense", a déclaré M. Lellouche. Mais "je trouve que l’ouverture en ces matières commence à atteindre ces limites".

"Il y a un défaut de lisibilité, pas dû aux orientations du président qui sont bonnes, mais dans l’exécution, les musiciens ne sont pas forcément à la hauteur de l’exercice", a-t-il ajouté.

En affirmant dimanche que la situation budgétaire de la défense rend "difficile la construction du second porte-avions", M. Morin a ainsi fait preuve de "légèreté et la désinvolture", juge M. Lellouche.

"Je ne suis pas sûr que le président de la République soit sur la même ligne", a-t-il affirmé laissant à Nicolas Sarkozy le soin d’"arbitrer" cette question.

"C’est pas franchement le moment de baisser la garde. Le monde est vraiment très dangereux. Parler des questions de défense, ce n’est pas seulement une affaire comptable. (...) C’est le travail du ministre de la défense de se battre pour défendre ses crédits", fait valoir M. Lellouche, membre de la commission de la défense de l’Assemblée nationale.

Quant aux fonds nécessaires, le député dénonce une "gabegie" dans les 26 milliards d’euros consacrés à la formation professionnelle, soit "pas loin d’une dizaine de porte-avions"...

Autre ministre d’ouverture pris pour cible : Bernard Kouchner. Ses "sept voyages" au Liban, toujours sans président, ont abouti "au statu quo", a-t-il lancé critiquant aussi l’inefficacité de son action au Darfour.

La secrétaire d’Etat aux affaires étrangères Rama Yade est aussi dans la ligne de mire de M. Lellouche qui a fustigé ses propos sur les JO, obligeant le chef de l’Etat à envoyer trois émissaires en Chine.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :