mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Morin veut un accompagnement social pour la carte militaire

Morin veut un accompagnement social pour la carte militaire

Reuters

mercredi 23 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre de la Défense demande au Premier ministre des mesures d’accompagnement social adaptées à la réforme de la carte militaire, qui pourrait engendrer environ 42.000 suppressions d’emplois.

Dans une lettre à François Fillon, dont le journal Le Monde publie des extraits, Hervé Morin s’inquiète des conséquences sociales de sa réforme, qui va entraîner une réorganisation "inédite dans son ampleur."

Le 14 avril, il avait confirmé l’objectif de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite sur une période de six ou sept ans pour le ministère de la Défense, soit environ 6.000 suppressions par an.

Hervé Morin souligne que ce plan va entraîner une "modification considérable des implantations territoriales des unités", laquelle va imposer aux personnels civils concernés une mobilité géographique et fonctionnelle.

Cet effort sera supérieur à celui réalisé pour professionnaliser les armées dans la période 1997-2002, qui avait engendré une réduction d’effectifs d’environ 15.000 personnes sur six ans, écrit-il.

Selon Le Monde, les syndicats des personnels civils de la Défense ont annoncé une grève nationale peu avant le 19 juin, date à laquelle le ministre compte présenter la liste définitive des sites militaires touchés par la réorganisation.

Les suppressions d’emplois se feront dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP).

La réorganisation de la carte militaire va se traduire par le regroupement de certaines unités et par la création d’environ "90 bases de défense" permettant une mutualisation des fonctions de soutien.

Des maires de province s’inquiètent en conséquence du possible abandon des garnisons basées dans leur ville.

Dans sa lettre au Premier ministre, Hervé Morin souhaite cinq dispositifs d’accompagnement social en contrepartie de cette réduction des effectifs, notamment une augmentation de l’intégration des militaires au sein de la fonction publique.

Il demande la création d’un pécule modulable d’incitation à une seconde carrière pour les militaires de moins de 50 ans, la mise en place d’un congé spécifique destiné à aider les militaires souhaitant créer ou reprendre une entreprise, et la création d’une indemnité spécifique de préparation à la reconversion.

Enfin, il souhaite la prorogation des dispositifs de départ liés à "une pension de retraite majorée au profit des seuls militaires de plus de 50 ans et dont l’application serait étendue aux sous-officiers de carrière."

Gérard Bon


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :