mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Le système Galileo définitivement mis sur orbite par le Parlement (...)

Le système Galileo définitivement mis sur orbite par le Parlement européen

Le Monde, avec AFP et Reuters

mercredi 23 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le Parlement européen a donné son feu vert, mercredi 23 avril, au projet Galileo. Destiné à concurrencer le Global Positioning System (GPS) américain, le système européen de radionavigation par satellites, qui disposait déjà d’un budget et d’un plan de marche détaillé, est ainsi doté d’une base juridique.

Le projet de règlement fixant les modalités d’exécution du programme avait fait l’objet d’un accord de compromis entre le Parlement et les ministres des transports des Vingt-Sept, le 7 avril. Il a ainsi été approuvé à Strasbourg par 607 voix, contre 36, et 8 abstentions. Le texte précise notamment les règles de passation des marchés publics pour ce projet de 3,4 milliards d’euros, qui implique l’envoi de trente satellites d’ici à 2013.

Galileo sera intégralement financé par l’Union européenne, après qu’un consortium privé, mis sur pied pour devenir concessionnaire du réseau, eut déclaré forfait. Ce changement de cap avait fait craindre l’enterrement pur et simple du projet, finalement sauvé par des fonds non utilisés du budget agricole européen. Il pourra être décidé à un stade ultérieur si "des partenariats entre secteurs public et privé, ou toute autre forme de contrats avec le secteur privé, sont appropriés pour l’exploitation et le renouvellement du système après 2013", précise le texte de compromis.

CLÔTURE DE L’APPEL D’OFFRES EN 2009

Les contrats d’infrastructure seront divisés en six lots : satellites, lanceurs, logiciels, relais au sol, centres de contrôle, gestion de l’ensemble. Chaque lot sera attribué à un chef de file industriel, obligé toutefois d’en sous-traiter 40 %. Le Parlement européen a par ailleurs obtenu un droit de regard sur la gestion du projet par le biais d’un organisme tripartite englobant la Commission, le Parlement et le Conseil européens, baptisé Galileo Interinstitutional Panel.

L’Agence spatiale européenne devrait lancer rapidement un appel d’offres pour des contrats qu’elle espère clore d’ici la fin de l’année 2009. "Ce plan d’approvisionnement ne sera pas la chose la plus facile", a admis le commissaire aux transports Jacques Barrot, soulignant l’importance de "solliciter les PME" pour les contrats de sous-traitance dans les pays de l’UE.

Le deuxième satellite expérimental de Galileo sera lancé dimanche 27 avril, du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • C’est une bonne nouvelle ,enfin avec des fonds publics l’Europe prend pieds dans le domaine de la mesure , de l’assistance avec comme conséquence (ce n’est pas l’objectif) l’indépendance face à la Russie et les Etats -Unis !Et si le Président Poutine avec le système russe savait ou était son chien , nous nous pourrons le voire et bientôt pourquoi-pas l’entendre siffler son chien !