lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Défense  : BAE appelle au sursaut de l’Europe

Défense  : BAE appelle au sursaut de l’Europe

V. Gd, le Figaro

jeudi 24 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Devenu le sixième fournisseur du Pentagone, le britannique est prêt à développer un char européen de la prochaine génération.

Voici deux ans, BAE Systems, la plus puissante entreprise d’armement en Europe, annonçait la vente de ses 20% dans Airbus à EADS, la maison mère de l’avionneur. Le groupe britannique mettait fin à vingt-sept ans de partenariat avec l’industrie aéronautique civile européenne. Partenaire historique d’Airbus, BAE Systems était devenu actionnaire lors de la création d’ EADSen 2000.

Depuis cette cession à un prix jugé par les observateurs peu élevé soit 2,75 milliards d’euros alors que BAE Systems avait tenté d’obtenir 5 milliards , le britannique a renforcé sa vocation transatlantique. Il est aujourd’hui le sixième fournisseur du Pentagone et le partenaire clef du programme d’avions de combat de nouvelle génération, le Joint Strike Fighter (JSF) développé par Lockheed Martin Corporation. BAE Systems participe à hauteur de 18% à ce programme d’une valeur de 300 milliards de dollars sur vingt ans. Après des années de négociations, BAE est en passe de résoudre le problème des transferts de technologie entre les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Une politique volontariste

En juin dernier, les deux pays ont signé un traité de coopération dans la défense. Une fois approuvé par le Sénat américain, ce traité doit donner le coup d’envoi aux transferts de technologie. Des échanges qui seront utiles à BAE Systems des deux côtés de l’Atlantique. Et qui illustrent la politique volontariste du géant anglais pour devenir un acteur clef sur le plus vaste marché militaire du monde. C’est sous l’impulsion de Mike Turner, son PDG depuis 2002, que BAE Systems a opéré ce double recentrage. Après avoir passé quarante-deux ans au sein du groupe où il a gravi les échelons, Mike Turner, le patron charismatique qui ne mâche pas ses mots, prend sa retraite en août 2008 pour ses 60 ans. Création d’un fonds ou d’une société de conseil, il assure qu’il ne s’ennuiera pas.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :