mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Feu vert à Baïkonour : Giove-B paré au lancement

Feu vert à Baïkonour : Giove-B paré au lancement

EADS Astrium

jeudi 24 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

- Lancement autorisé
- Fonctionnement correct de tous les systèmes
- Test de communication réussi avec le centre de contrôle de Fucino
- Départ en orbite des systèmes clés destinés à Galileo

Galileo, le système de navigation par satellite européen, prend forme avec le satellite Giove-B, qui vient de recevoir l’autorisation de lancement sans réserve à l’issue des tests de recette. Au cosmodrome de Baïkonour, le lanceur Soyouz équipé du satellite est déjà sur son pas de tir. Le 27 avril 2008 à 00.16 heures (CET), Giove-B partira vers l’orbite réservée au système de navigation européen à plus de 23.000 km d’altitude. L’engin spatial conçu et réalisé par Astrium préfigure le futur système en emportant pour la première fois les technologies qui seront au cœur de Galileo.

Giove-B vient de subir les tests finaux au Centre européen de recherche et de technologies spatiales (ESTEC) de l’Esa à Nordwijk (Pays-Bas). Chargé de la maîtrise d’œuvre du satellite, le groupe Astrium assumait les principales responsabilités liées à la réalisation du satellite qui a été achevé dans le délai prévu par le client.

Le responsable des futurs projets de navigation d’Astrium GmbH, Oliver Juckenhöfel, résume l’itinéraire parcouru :

« Giove-B est arrivé à Baïkonour en bon état. Nous savons désormais que ses systèmes fonctionnent de façon impeccable, ce qui nous rend très confiants pour la suite. Et nous avons marqué une étape importante avec les essais de communications réussis entre le satellite et son centre de contrôle près de Rome.

Notre équipe contrôlera chaque étape avant, pendant et après le lancement afin d’assurer une mise en orbite en toute sécurité. Le satellite de navigation le plus moderne du monde y démontrera l’immense savoir-faire de l’ingénierie spatiale européenne », conclut Oliver Juckenhöfel.

Albrecht Woelker, le chef du projet Giove-B chez Astrium GmbH, évoque les derniers préparatifs du départ :

« Giove-B vient de réussir avec succès sa dernière campagne d’essais. Apres avoir été installé au sommet de l’étage supérieur « Fregat » du lanceur Soyouz, le satellite suit exactement le calendrier de lancement.

Nos équipes sur place, au cosmodrome de Baïkonour et au centre de contrôle de Fucino près de Rome, suivent la fin des préparatifs en étroite coordination avec l’ESA et les équipes chargées du lanceur tout en effectuant la ‘répétition générale’ du compte à rebours. Galileo marquera un progrès décisif avec la mise en service de Giove-B ».

Astrium a dirigé le développement, la construction et la livraison du satellite, de sa charge utile et du segment sol en tant que maître d’œuvre du programme Giove-B. Avec le calculateur central du satellite, l’avionique, l’assemblage des cellules photovoltaïques, son générateur solaire, certains éléments de structure, ainsi que le système thermique, Astrium en Allemagne a réalisé un éventail de produits représentatifs de l’ensemble de sa gamme sur son site d’Ottobrunn. Au Royaume-Uni, Astrium a conçu et réalisé la charge utile, testé et intégré la nouvelle horloge avec maser passif à hydrogène (Space Passive Hydrogen Maser, S-PHM). Le site de Portsmouth a également signé le développement, l’installation et les tests du centre de contrôle de Fucino (Italie) et de la station qui effectuera le test en orbite (In-Orbit Test, IOT) à Redu (Belgique). En Espagne, Astrium a livré notamment le sous- système thermique, l’antenne de navigation en bande L et le système de séparation lors du lancement. Au Mureaux, Astrium a fabriqué les panneaux solaires. Enfin à Baïkonour, les spécialistes d’Astrium ont produit et rempli les réservoirs de carburant du satellite avec de l’hydrazine.

Giove-B sera le premier satellite à réellement préfigurer les satellites du futur système Galileo. Avec son horloge atomique, Giove-B emportera en première mondiale un maser passif à hydrogène (Passive Hydrogen Maser) pour des essais dans les conditions réelles de l’espace. Cette nouvelle technologie est beaucoup plus précise et robuste que celle au Rubidium (Rb) qui équipait les systèmes de navigation précédents. Le maser passif spatial fera partie de l’équipement standard des satellites de Galileo. Il servira de modèle et précédera immédiatement la phase de validation en orbite (In-Orbit Validation, IOV) qui verra la construction de quatre satellites supplémentaires. La validation en orbite marquera une étape décisive du déploiement de cette constellation de 30 satellites qui sera entièrement opérationnelle à partir de 2013. Un générateur de signaux qui partira également avec Giove-B permettra de transmettre dès aujourd’hui des signaux entièrement conformes au cahier des charges de la phase de déploiement final.

Astrium fournit toutes les technologies et l’ensemble des prestations de service nécessaires au futur système de navigation par satellite européen. Le groupe a largement contribué à la conception d’une architecture système parfaitement intégrée et performante ; chargé de la conception du segment spatial et des installations au sol, il assurera également le succès du programme de développement. Son savoir-faire complet lui a valu d’être choisi pour toutes les études système entourant ce programme.

Astrium est une filiale d’EADS dédiée aux systèmes et services spatiaux civils et militaires. En 2007, Astrium a réalisé un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros avec près de 12 000 employés en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et aux Pays-Bas. Ses trois principaux domaines d’activité s’articulent autour d’ Astrium Space Transportation pour les lanceurs et les infrastructures orbitales, Astrium Satellites pour les satellites et les systèmes sol, et de sa filiale à 100 % Astrium Services pour le développement et la fourniture des services satellitaires.

EADS est un leader mondial de l’aérospatiale, de la défense et des services associés. En 2007, EADS a enregistré un chiffre d’affaires de 39,1 milliards d’euros avec un effectif de plus de 116 000 personnes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :