jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’AIEA étudiera les allégations américaines

L’AIEA étudiera les allégations américaines

Radio-Canada.ca, avec Agence France Presse et Reuters

vendredi 25 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) annonce qu’elle étudiera les allégations de la Maison Blanche selon lesquelles la Corée du Nord aurait aidé la Syrie à construire un réacteur nucléaire capable de produire du plutonium à des fins militaires.

Le directeur de l’agence, Mohamed ElBaradei, critique toutefois la Maison-Blanche pour avoir dissimulé ses preuves alléguées et Israël pour avoir agi unilatéralement, sans lui laisser l’occasion de mener sa propre enquête.

Les services de renseignements américains ont divulgué jeudi le contenu d’une vidéo qui démontre, selon eux, que Pyongyang a collaboré aux « activités nucléaires secrètes de la Syrie » et que « le réacteur » détruit par l’aviation militaire israélienne le 6 septembre dernier « n’avait pas de but pacifique ».

Dans sa vidéo, la CIA soutient que le présumé réacteur syrien était une copie conforme d’un réacteur nord-coréen et que des techniciens et ingénieurs nord-coréens étaient sur place pour le mettre au point. Les Syriens, dit la CIA, ont rasé le bâtiment depuis et enterré la preuve.

Dans un bref communiqué publié vendredi, M. ElBaradei indique que l’information fournie par Washington sera étudiée « avec le sérieux qu’elle mérite ». L’AIEA, dit-il, « vérifiera la véracité de l’information ».

M. El-Baradei souligne que, selon les informations américaines, le présumé réacteur « n’était pas encore opérationnel et aucun matériel nucléaire n’y avait été introduit ». Il précise que la Syrie a l’obligation de déclarer à l’AIEA toute planification et construction d’une installation nucléaire.

Le directeur général de l’AIEA ajoute qu’il « déplore le fait que cette information n’ait pas été fournie en temps opportun, conformément aux responsabilités de l’agence en vertu du Traité de non-prolifération nucléaire, pour lui permettre de vérifier sa véracité et établir les faits ».

M. ElBaradei critique également les agissements du gouvernement d’Ehoud Olmert dans ce dossier, soulignant que « l’utilisation unilatérale de la force par Israël nuit au processus de vérification diligente qui est au coeur du régime de non-prolifération. »

Dans un bref communiqué, le gouvernement syrien a démenti les allégations de l’administration Bush et a contre-attaqué en l’accusant d’avoir participé au raid israélien. Damas ne donne aucun détail supplémentaire à ce sujet. Washington dément avoir donné le feu vert à Israël.

Les révélations du gouvernement américain arrivent au moment où l’administration Bush milite toujours ardemment pour endiguer le programme nucléaire de l’Iran, allié privilégié de Damas, et négocie le démantèlement des installations nucléaires de Pyongyang.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :