mardi 22 octobre 2019

Accueil du site > Terrorisme > International > Al-Qaida a en partie reconstitué ses forces, selon le département (...)

Al-Qaida a en partie reconstitué ses forces, selon le département d’Etat américain

Le Monde, avec AP et Reuters

mercredi 30 avril 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Près de sept ans après les attentats du 11-Septembre, Al-Qaida a en partie reconstitué ses moyens d’action et demeure la menace terroriste la plus importante pour les Etats-Unis et ses alliés, estime le département d’Etat dans son rapport annuel, publié mercredi 30 avril. Le terrorisme aurait fait 22 000 victimes à travers le monde en 2007, en progression de 8 % sur un an.

L’enquête menée par Washington sur les attentats et les violences perpétrés dans le monde en 2007 révèle qu’Al-Qaida a utilisé certaines régions tribales pakistanaises pour renouveler ses effectifs et reconstruire sa suprématie au sein des mouvements islamistes. Au Pakistan, les attaques terroristes auraient ainsi doublé entre 2006 et 2007, tandis que chez le voisin afghan elles auraient progressé de 16 %.

Selon le département d’Etat, la première cause du regain de forme d’Al-Qaida est le cessez-le-feu passé l’an dernier entre le gouvernement pakistanais et les chefs tribaux. Cette trêve est désormais terminée, mais le nouveau gouvernement pakistanais négocie actuellement un nouvel accord, fortement critiqué par Washington. Le Pakistan a enregistré 45 attentats-suicides en 2007, contre 22 entre 2002 et 2006.

L’IRAN, "PREMIER SOUTIEN" DU TERRORISME

Le nombre d’attaques en Irak aurait, lui, légèrement diminué, mais pas le nombre de morts (13 600 civils tués). Ce pays continue de payer le plus lourd tribut au terrorisme mondial avec 60 % des victimes. Ce chiffre pourrait être dû à la hausse spectaculaire des attentats-suicides (+ 50 %). Les attaques à la voiture piégée sont en hausse de 40 % et les attaques-suicides sans véhicule de 90 %.

Le rapport désigne à nouveau l’Iran comme le pays "le plus actif" dans son soutien au terrorisme, notamment dans les territoires palestiniens, en Afghanistan et en Irak, où les Gardiens de la Révolution sont accusés de fournir armes, formations et financements aux groupes armés. "En un sens, les forces du gouvernement iranien ont été responsables d’attaques contre les forces de la coalition", estime Dell Dailey, coordinateur de la lutte contre le terrorisme au département d’Etat. Cuba, l’Iran, la Corée du Nord, le Soudan ou encore la Syrie sont également montrés du doigt dans le rapport.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :