jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > La Chine construit une base secrète pour ses sous-marins

La Chine construit une base secrète pour ses sous-marins

Isabelle Lasserre, le Figaro

samedi 3 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Pour la première fois, des images satellites de la base de Sanya ont été rendues publiques.

On pourrait y tourner un James Bond. L’île de Haïnan a tous les atouts pour attirer 007 : un climat tropical, de magnifiques plages de sable blanc, de riches expatriés en week-end et des filles à gogo, puisqu’il est même question d’y organiser l’un des prochains concours de Miss Monde. Mais surtout, une gigantesque base navale, en partie souterraine, capable d’héberger vingt sous-marins lanceurs de missiles nucléaires.

Les services de renseignements occidentaux se doutaient depuis longtemps que les autorités chinoises construisaient en secret des installations militaires sur Haïnan. Mais en publiant sur son site Internet les images de l’entreprise satellite Digital Globe, la revue britannique spécialisée Jane’s Intelligence Review apporte la preuve, non seulement de l’existence de la base, mais de l’extrême rapidité des progrès effectués par Pékin dans le domaine militaire.

C’est la face secrète de la Chine. L’envers du décor olympique qui s’étale à la une des journaux. Les images de la base de Sanya, également appelée Yulin, dévoilent, au sud-est de la Chine, un complexe militaire composé d’un port, de gigantesques tunnels et de cavernes pouvant même abriter un ou deux porte-avions et d’autres navires de guerre.

Selon le Jane’s, le complexe est probablement muni d’un système de démagnétisation qui rendrait les sous-marins difficiles à détecter au sonar. Pékin prévoirait d’installer dans ce repère ses sous-marins jin, de type 094, pouvant être armés des nouveaux missiles à longue portée JL-2, dotés d’un rayon d’action de 8 000 kilomètres. Selon le Pentagone, la Chine possédera cinq sous-marins de ce type d’ici à 2010. Depuis la base de Yulin, ils pourront atteindre des eaux très profondes sans être détectés.

En se dotant de capacités de projection de puissance au sud-est du pays, Pékin renforce son emprise sur la région. Le contrôle sur la mer de Chine et ses routes maritimes stratégiques est d’autant plus vital pour les autorités que la dépendance chinoise vis-à-vis des importations de pétrole et de ressources minières augmente.

La Chine possède une force nucléaire modeste (environ 400 têtes), surtout si on la compare à celle des États-Unis (10 000 têtes nucléaires). Mais la montée en puissance chinoise, notamment économique, s’accompagne d’un rejet de la domination militaire des États-Unis dans la région. L’Armée populaire de libération (APL) a fait du développement de nouveaux sous-marins nucléaires l’une de ses priorités.

Un défi aux États-Unis

Selon les experts, la construction de la base clandestine de Haïnan aurait absorbé une grande partie de l’augmentation spectaculaire du budget militaire chinois au cours des dernières années. La taille de la base et les moyens qui lui sont consacrés permettent de penser que Sanya pourrait devenir une base clé de la marine chinoise, qui pourrait même y regrouper toute sa flotte nucléaire.

La base est un défi à la domination navale américaine dans la région. « Après avoir ressenti pendant deux siècles l’hégémonie occidentale, la Chine est déterminée à montrer ses muscles… Pékin tient le fait d’avoir une force militaire perfectionnée pour un élément essentiel du statut de grande puissance », affirmait mercredi dernier le directeur de la CIA, Michael Hayden, dans un discours à l’Université du Kansas.

La présence de sous-marins nucléaires dans cette région du Pacifique occidental permettrait d’ores et déjà à la Chine de remplir un objectif important : empêcher les États-Unis d’intervenir si l’Armée populaire de libération décidait un jour d’attaquer Taïwan. « Cette croissance militaire est troublante, car elle renforce à long terme les intentions de la Chine envers Taïwan », a prévenu Michael Hayden.

La base navale de Sanya constitue aussi une menace pour les pays de la région. Ainsi que pour la multitude de petites îles de la mer de Chine méridionale, qui sont revendiquées par de nombreux pays et qui ont, pour certaines, de gros potentiels pétroliers.

Les images satellites de l’entreprise Digital Globe ont apporté la preuve de l’existence de la base. Situé au sud-est de la Chine, le complexe militaire comprend un port, de gigantesques tunnels et des cavernes pouvant même abriter un ou deux porte-avions et d’autres navires de guerre. Crédits photo : AFP


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :