jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Finmeccanica et EADS lorgneraient l’américain DRS Technologies

Finmeccanica et EADS lorgneraient l’américain DRS Technologies

La Tribune.fr

lundi 12 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le groupe américain spécialisé dans l’électronique de défense DRS Technologies suscite l’intérêt de l’italien Finmeccanica et de l’avionneur européen EADS. Le montant de l’opération est de l’ordre de 3,5 milliards d’euros.

Le groupe américain spécialisé dans l’électronique de défense DRS Technologies suscite l’intérêt de l’italien Finmeccanica. Selon une source citée par l’Agence Reuters, Finmeccanica aurait fait une offre de rachat et attendrait désormais la réponse du groupe américain. Le conseil d’administration de Finmeccanica s’est réuni samedi pour avaliser une offre de près de 3,5 milliards d’euros, annoncait dimanche Il Sole 24 Ore. Le conseil d’administration de DRS s’est aussi réuni samedi pour discuter de l’opération, écrit encore Il Sole.

En Bourse, DRS pèse trois milliards de dollars (près de deux milliards d’euros). Mais Finmeccanica ne serait pas seul à s’intéresser de près à cette société américaine.

Finmeccanica ne serait pas seul sur les rangs. EADS regarde lui aussi le dossier de près, a indiqué vendredi son directeur général pour l’Amérique du Nord. "Nous étudions le dossier très sérieusement. Je n’exclurais pas DRS", a déclaré Ralph Croby lors d’une visite de l’usine de Columbus, dans le Mississippi où le groupe européen est en train de construire 345 hélicoptères LUH pour l’armée américaine.

Il a précisé qu’EADS cherchait tout particulièrement à se développer dans le secteur de l’électronique et était à la recherche d’acquisitions dans des prix compris entre 1,5 et 1,7 milliard de dollars (970 millions à 1,1 milliard d’euros). Mais des achats d’un montant plus élevé peuvent être envisageables en fonction des circonstances, a-t-il ajouté.

Jeudi 8 mai le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier, avait indiqué que DRS et Finmeccanica étaient en discussions avancées. DRS avait reconnu ce même jour être en pourparlers sur une opération sans donner de noms. Prié de donner son avis sur les discussions entre DRS et Finmeccanica, Crosby a indiqué qu’il ne pensait pas que les deux sociétés soient déjà parvenues à un accord.

Selon un autre quotidien italien, le Corriere della Sera, le conseil de Finmeccanica n’avait pas mis le point final à son offre samedi. Pour financer le rachat de DRS, Finmeccanica pourrait procéder à une augmentation de capital et recourir à un prêt de la banque Mediobanca , selon Il Sole et le Corriere.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :