samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Le Livre blanc sur la défense entre dans sa dernière ligne droite

Le Livre blanc sur la défense entre dans sa dernière ligne droite

AFP

mardi 13 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le bouclage du Livre blanc qui doit contenir les grandes lignes de la politique de défense et de sécurité de la France pour les quinze années à venir est désormais imminent alors que les inquiétudes vont croissant sur les réductions d’effectifs et les unités supprimées ou déplacées.

Les 35 membres de la commission qui rédigent ce document depuis août dernier se sont réunis mardi au château de Vincennes pour harmoniser leurs contributions déjà réunies dans un recueil diffusé auprès des quatre ministères concernés (Défense, Intérieur, Quai d’Orsay et Budget).

"D’ultimes virgules seront encore déplacées samedi lors d’une dernière plénière", a précisé un proche du dossier.

Conjugué à la revue générale des politiques publiques (RGPP), le "Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale" se traduira par la suppression de dizaines de milliers d’emplois militaires et civils et la fermeture de nombreuses implantations.

Contrairement à son prédécesseur de 1994, il s’intéressera non seulement à la défense mais aussi à la "sécurité nationale", évoquant les nouvelles menaces (terrorisme international, missiles balistiques, crises sanitaires majeures...) pour en déduire les missions et le format des armées.

Après le bouclage cette semaine des travaux de la commission Mallet, du nom de son président, Jean-Claude Mallet, le calendrier va s’accélerer.

Le 21 mai, M. Mallet et le ministre de la Défense, Hervé Morin, devraient plancher devant les commissions de la Défense de l’Assemblée et du Sénat.

Début juin, un conseil de défense, réuni à l’Elysée autour du président Nicolas Sarkozy, doit adopter une version définitive qui tiendra compte des observations des parlementaires.

Le Livre blanc serait formellement adopté par le Conseil des ministres du 11 juin avant une nouvelle présentation, cette fois en séance publique à l’Assemblée, par le Premier ministre François Fillon.

Restera à annoncer les réorganisations territoriales, tant attendues des villes de garnison menacées. On parle d’une "adresse" du président Sarkozy aux armées. M. Morin doit également s’exprimer le 19 juin pour détailler la nouvelle "carte militaire", déjà "finalisée à 90%", confie-t-on.

Celle-ci suscite l’inquiétude. Le général Jean-Claude Thomann, ancien para familier des terres africaines, a signé une tribune dans les colonnes du Monde daté de mercredi pour souligner "l’inquiétude et le malaise" de ses pairs.

Si la réforme va jusqu’au bout, s’alarme-t-il, l’armée de terre "ne pourra même plus remplir les gradins du Stade de France" et "sera vouée à jouer les auxiliaires des Anglo-Saxons".

Un pré-rapport de l’état-major de l’armée de terre évoquait en février la suppression d’une trentaine de garnisons et de plus d’une dizaine de régiments d’ici à 2012.

M. Morin a confirmé début avril 6.000 suppressions de postes annuelles pendant six à sept ans dans la Défense dont les effectifs s’élèvent à quelque 426.000 militaires et civils.

"Le Livre blanc fait peur parce qu’il réclamerait un effort touchant aux unités opérationnelles, on est déjà à l’os sur le soutien", souligne un officier supérieur sous couvert de l’anonymat.

L’armée de terre ne sera toutefois pas la seule concernée. Le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, a indiqué que Nicolas Sarkozy prendrait sa décision sur la construction d’un second porte-avions "à la mi-juin" lors du même conseil de défense qui doit approuver le Livre blanc.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :