samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Finmeccanica gagne DRS contre EADS

Finmeccanica gagne DRS contre EADS

Pierre Tricoire, le Figaro

mardi 13 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

EADS avait déclaré vendredi étudier le dossier « très sérieusement », c’est finalement Finmeccanica qui a conclu un accord.

On apprenait vendredi, dans le Wall Street Journal, que le groupe américain de matériel de défense DRS Technologies avait reconnu être en négociation avec la société industrielle italienne. Selon le quotidien des affaires, la prime proposée par Finmeccanica pouvait même dépasser 25% du cours de l’action DRS de mercredi dernier, alors vers les 63 dollars. Alors que DRS pesait 3 milliards de dollars de capitalisation boursière la semaine dernière, l’opération se monte finalement à 5,2 milliards de dollars. Aujourd’hui la firme italienne et sa cible ont confirmé conjointement dans leur communiqué leur accord pour le rachat.

Créé en 1968, DRS a une position de leader sur le marché de l’électronique de défense avec pour clients l’armée, et des agences gouvernementales à l’échelle mondiale. L’année dernière, son chiffre d’affaires s’est élevé à 2,8 milliards de dollars, en hausse de 64%, pour un bénéfice net de 127 millions de dollars, en progression de 58%. Le groupe emploie environ 10.000 personnes dans le monde.

EADS maintenant hors-jeu

Vendredi dernier, Ralph Croby, le directeur général pour l’Amérique du Nord d’EADS déclarait qu’il étudiait le dossier « très sérieusement » en ajoutant qu’il n’exclurait pas DRS. L’homme avouait qu’EADS projetait de se développer dans le secteur de l’électronique, cherchant particulièrement des acquisitions de l’ordre de 1,5 à 1,7 milliard de dollars, soit 970 millions à 1,1 milliard d’euros. C’est une opportunité perdue pour le groupe qui précisait qu’un montant plus élevé était aussi envisageable pour une nouvelle acquisition.

Cette opération, si elle est approuvée, fera de Finmeccanica un des rares groupes européens à pénétrer sur le marché de la défense aux Etats-Unis, et à réussir à y racheter une société. A l’annonce de la confirmation, l’action Finmeccanica perdait 2,29%, à 20,87 euros.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :