dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Les résultats du premier trimestre (T1 2008) reflètent les solides (...)

Les résultats du premier trimestre (T1 2008) reflètent les solides performances actuelles d’EADS et des effets saisonniers favorables

EADS

mercredi 14 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

- Croissance de 10 % du chiffre d’affaires consolidé du Groupe à 9,9 milliards d’euros. Toutes les divisions contribuent à cette croissance.
- L’EBIT* s’élève à 769 millions d’euros, en hausse dans les cinq divisions du Groupe malgré l’impact défavorable de la baisse du dollar ;
- Hausse des flux de trésorerie disponible avant financement client à 1,1 milliard d’euros ;
- Progression des prises de commandes à 39,3 milliards d’euros, grâce à Airbus et à la division Avions de transport militaire.

EADS (symbole boursier : EAD) appuie son redressement sur des fondamentaux solides et sur la poursuite d’une performance sous-jacente très satisfaisante. Le Groupe reste toutefois confronté à des défis. L’activité de la Société est restée très soutenue au premier trimestre 2008, en dépit d’une conjoncture économique difficile et de la faiblesse du dollar américain (USD). Le remarquable niveau de commandes en particulier celui d’Airbus et celui de la division Avions de transport militaire, témoigne de l’attractivité des produits du Groupe. Les volumes de couverture de change venant à maturité ont excédé temporairement l’exposition économique du Groupe et ont donc contribué à la croissance de l’EBIT* au premier trimestre. EADS confirme sa prévision d’EBIT* pour l’exercice 2008, soit 1,8 milliard d’euros.

« Bien que nous ayons surmonté de nombreuses difficultés, a déclaré Louis Gallois, Président exécutif d’EADS, il nous reste encore beaucoup à faire pour atteindre notre objectif d’une amélioration significative et pérenne de notre performance opérationnelle. Néanmoins, les résultats du premier trimestre sont très encourageants à cet égard et la mise en place et l’exécution de Power8 sont en cours. Nous envisageons des mesures supplémentaires. Notre plan stratégique à long terme, Vision 2020, a produit de son côté ses premiers succès. Je citerai notamment la sélection de notre ravitailleur en vol par l’U.S. Air Force et notre récente acquisition aux Etats-Unis. Ces deux évènements soutiennent notre volonté de rééquilibrage de notre présence industrielle et de notre portefeuille d’activités. Nous avons la ferme intention de tirer parti de ces premiers résultats encourageants afin de poursuivre la transformation de notre entreprise. »

Airbus a de nouveau augmenté ses livraisons d’avions, principalement de la famille A320. Singapore Airlines a reçu de nouveaux A380. La division Avions de transport militaire (MTA) a franchi avec succès l’étape de mise sous tension de l’A400M. Eurocopter a augmenté ses livraisons et dévoilé avec succès son nouvel hélicoptère de transport EC175. Cette Division a également élargi sa présence internationale en inaugurant une ligne d’assemblage de l’hélicoptère NH90 en Australie. Le véhicule de transfert automatisé ATV, fabriqué par la division Astrium, a achevé avec succès sa première mission de ravitaillement de la station spatiale internationale ISS. La division Défense et Sécurité (DS) a développé son activité de communications sécurisées grâce à de nouvelles commandes et à l’acquisition de la société nord-américaine PlantCML, qui propose des solutions pour les services d’urgence.

Le chiffre d’affaires a augmenté de 10 % à 9,9 milliards d’euros au T1 2008, contre 8,9 milliards d’euros au T1 2007. Il est tiré par l’augmentation des livraisons d’Airbus (123 avions (dont deux A380) livrés contre 115 appareils durant la même période de l’exercice précédent) et par l’augmentation des volumes d’Eurocopter, d’Astrium et de la division Défense et Sécurité. La division Avions de transport militaire a également contribué de manière significative à la croissance en franchissant une étape contractuelle importante du programme A400Mqui aurait du se dérouler lors de l’exercice précédent.

L’EBIT* d’EADS avant écarts d’acquisition et éléments exceptionnels s’élève à 769 millions d’euros au premier trimestre 2008, contre 88 millions d’euros au T1 2007. Toutes les divisions ont contribué à cette amélioration. Grâce à une excellente performance opérationnelle et aux économies réalisés conformément aux objectifs du plan Power8, les divisions Airbus et Défense et sécurité ont enregistré la plus forte progression d’EBIT* comparée au T1 2007. L’EBIT* du T1 2007 d’Airbus avait été sérieusement affecté par les coûts de restructuration engagés dans le cadre du plan Power8. L’EBIT*consolidé du T1 2008 a également bénéficié d’un excédent temporaire du volume de couverture arrivée à maturité face à l’exposition au risque de change du Groupe. Cet impact favorable qui va s’inverser au cours des trimestres à venir a plus que compenser l’incidence des taux de couverture nettement moins favorables qu’au T1 2007. Des provisions pour pertes à terminaison en dollars, représentant environ 500 millions d’euros, ont pesé sur l’EBIT* du Groupe. Cet impact a été compensé en partie par un profit d’environ 200 millions d’euros lié aux ajustements de valeur des éléments de passif. Par rapport à T1 2007, les effets du dollar ont impacté l’EBIT de – 360 millions d’euros.

En ligne avec l’évolution de l’EBIT*, le résultat net consolidé s’inscrit en hausse à 285 millions d’euros au T1 2008 (T1 2007 -10 millions d’euros). Le bénéfice par action est de 0,35 euros au T1 2008(T1 2007 : perte part action de 0,01 €). Les dépenses de R&D autofinancées sont restées globalement stables à 534 millions d’euros, contre 549 millions d’euros au T1 2007. Elles devraient toutefois augmenter sur l’exercice en raison notamment des programmes de développement d’Airbus, et plus particulièrement l’A350 XWB.

Les flux de trésorerie disponible avant financement client se chiffrent à 1 059 millions d’euros (-785 millions d’euros au T1 2007). Ils sont tirés par l’amélioration des flux de trésorerie provenant de l’exploitation et bénéficient de la baisse des investissements. L’amélioration des flux de trésorerie provenant de l’exploitation est liée principalement à l’augmentation des avances-clients et, dans une moindre mesure, à une plus faible augmentation des stocks. Les Flux de trésorerie disponible après financement client se sont ainsi améliorés pour atteindre 1 116 millions d’euros (-822 millions d’euros au T1 2007). Cette performance tient compte de la forte contribution nette de la cession d’actifs de financement des clients, alors que cette activité avait entraîné une sortie de trésorerie au T1 2007. Les dépenses d’investissement, les versements d’indemnités forfaitaires et les dépenses de restructuration auront un impact nettement plus important sur les flux de trésorerie des trois derniers trimestres de 2008 que cela n’a été le cas au premier trimestre. Au premier trimestre, l’impact des investissements, des compensations et des dépenses de restructuration sur les flux de trésorerie a été moindre que celui attendu pour le reste de l’année 2008. La position de trésorerie nette est de 8,3 milliards d’euros à fin mars 2008, contre 7,0 milliards d’euros à la fin décembre 2007.

Les prises de commandes d’EADS s’élèvent à 39,3 milliards d’euros au T1 2008, contre 10,5 milliards d’euros au T1 2007. Cette performance reflète le niveau élevé de prises de commandes d’Airbus et de la division Avions de transport militaire, qui enregistre notamment la finalisation du programme d’avions ravitailleurs FSTA au Royaume-Uni et une commande de ravitailleurs de l’Arabie Saoudite. Les produits du Groupe ont continué à bénéficier d’une demande soutenue, notamment dans la région Asie-Pacifique et de la part des compagnies aériennes traditionnelles.

Le carnet de commandes du Groupe s’est maintenu à un niveau record : il atteint 351,5 milliards d’euros à la fin mars 2008, contre 339,5 milliards d’euros à la fin 2007. Cette augmentation est intervenue malgré un contexte défavorable de cours du dollar, se traduisant par un ajustement négatif de 17 milliards d’euros à la fin du trimestre. Les commandes d’avions commerciaux sont présentées sur la base des prix catalogue. Tiré notamment par la division Avions de transport militaire, le carnet de commandes des activités de défense du Groupe augmente à nouveau. Il s’élève à 58 milliards d’euros à la fin mars 2008, contre 54,5 milliards d’euros à fin 2007.

EADS avait 116 375 salariés à la fin mars 2008 (116 493 salariés à fin 2007).

Perspectives

EADS confirme les prévisions de l’exercice 2008, publiées le 11 mars 2008.

Les prévisions du Groupe se fondent sur un taux de change à fin 2008 de 1 € = 1,45 $.

EADS prévoit plus de 700 commandes d’Airbus en 2008.

Le chiffre d’affaires d’EADS devrait être supérieur à 40 milliards d’euros en 2008. Environ 470 avions devraient être livrés au cours de l’exercice.

L’EBIT* prévisionnel 2008 du Groupe est de 1,8 milliard d’euros. Toutes les divisions d’EADS ont réalisé de bonnes performances au T1 2008, tout particulièrement Airbus. Mais au-delà de cette évolution positive, EADS doit prendre en compte les défis des principaux programmes du Groupe sur l’ensemble de l’exercice.

Une déterioration du dollar de cloture en fin 2008 aurait des conséquences négatives sur les résultats en raison d’ajustements apportés à certains agrégats du bilan d’Airbus, y compris les provisions pour pertes à terminaison sur contrats.

EADS anticipe des flux de trésorerie disponible de 500 millions d’euros avant financement client (sachant que ce poste est le plus difficile à estimer). L’impact sur la trésorerie des acquisitions annoncées récemment est pris en compte dans ce chiffre. Si la tendance positive du premier trimestre se confirme, une meilleure génération de trésorerie est envisageable.

Concernant la prévision d’EBIT pour 2008 et les perspectives à moyen terme, l’impact financier éventuel du nouveau calendrier de livraisons de l’A380 n’a pas évalué à ce stade.

Divisions : solide performance opérationnelle

Le chiffre d’affaires de la division Airbus s’élève à 7 057 millions d’euros, contre 6 606 millions d’euros au T1 2007. Cette augmentation reflète la croissance des volumes et la comptabilisation du chiffre d’affaires sur l’A400M (part interne attribuée à Airbus). Ces éléments ont plus que compensé l’impact défavorable de la baisse du dollar. Airbus a livré 123 avions au T1 2008, contre 115 appareils au T1 2007. Le record des livraisons mensuelles a été battu en mars, avec la livraison de 48 appareils aux clients de la division. Singapore Airlines exploite désormais quatre A380. L’EBIT* s’est redressé à 628 millions d’euros, contre -69 millions au T1 2007 mais l’EBIT* 2006 incluait l’impact défavorable de charges exceptionnelles de restructuration. Cette performance a été obtenue en dépit d’effets négatifs des provisions pour pertes à terminaison et de la baisse des prix des appareils livrés par rapport au T1 2007. L’EBIT* d’Airbus a notamment été tiré par l’excellente exécution des activités relatives aux appareils monocouloirs et A330 livrés. La division a également bénéficié d’importants effets saisonniers. Les trois prochains trimestres de l’exercice seront impactés plus nettement par le financement des clients, l’augmentation des dépenses de R&D et à la réversion du volume excédentaire de couvertures arrivant à maturité face au risque économique.

Airbus poursuit l’exécution du plan de restructuration Power8. En dépit de la rupture des négociations avec les candidats à la reprise présélectionnés en France et en Allemagne, la décision de céder les sites de production actuellement en cours de filialisation reste d’actualité. Airbus prévoit de finaliser la cession des sites de Filton (Royaume-Uni) et Laupheim (Allemagne) au cours des prochaines semaines, cette décision étant soumise à l’approbation du Conseil d’administration. EADS et Airbus maintiennent les objectifs d’EBIT* et d’économie de trésorerie annoncés précédemment au titre du plan Power8, compte tenu des progrès d’ores et déjà enregistrés et des perspectives actuelles.

Airbus a enregistré 395 nouvelles commandes nettes au T1 2008 (420 commandes brutes), dont 290 appareils de la famille des monocouloirs A320, 102 avions long courriers et trois A380. Airbus a également reçu 64 commandes nettes d’A350XWB au cours du trimestre, ce qui porte à 356 avions le nombre total d’appareils commandés par les 21 clients ayant choisi ce long courrier. Le carnet de commandes d’Airbus s’élevait à 291,1 milliards d’euros au 31 mars 2008 sur la base des prix catalogues, contre 283,8 milliards à fin 2007. Airbus a à nouveau renforcé son carnet de commandes en termes de nombre d’appareils commandés. Le total est de 3693 avions à fin mars 2008, contre 3 421 appareils à fin 2007.

Le chiffre d’affaires de la division Avions de transport militaire a augmenté au T1 2008. Il s’établit à 636 millions d’euros, contre 133 millions au T1 2007.

Cette augmentation reflète la comptabilisation du chiffre d’affaires lié au succès de l’étape de mise sous tension de l’A400M, prévue initialement en 2007, pour un montant de 400 millions d’euros. Aucun chiffre d’affaires n’avait été comptabilisé à ce titre au T1 2007. L’EBIT* de la division ressort à -1 million d’euros au T1 2008, contre -13 millions d’euros au T1 2007. Cette amélioration est tirée elle aussi par le succès d’étape de l’A400M.

Choisi par les forces aériennes de cinq pays, l’A330 MRTT confirme sa position de ravitailleur en vol le plus avancé et le plus polyvalent du marché. la division a reçu, de la part des forces armées du Royaume-Uni, commande de quatorze A330 MRTT et des activités de maintenance correspondantes. Ce programme dit FSTA (Future Strategic Tanker Aircraft) est la plus importante initiative de financement privé d’activités de défense mondiale. Le chiffre d’affaires revenant à EADS est d’environ 3 milliards d’euros. Le programme A400M se déroule conformément au calendrier révisé. Le premier vol est prévu à l’été 2008. Les essais au sol de la structure intégrale de l’A400M sont actuellement en cours. Sur le segment des avions turbopropulseurs de moyenne capacité, la Division a reçu commande de deux CN-235 supplémentaires. Le carnet de commandes de la division Avions de transport militaire s’élève donc à 23,1 milliards d’euros à la fin mars 2008, hors contribution du programme de ravitailleurs en vol des forces aériennes des États-Unis, contre 19,9 milliards d’euros à la fin décembre 2007.

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter a augmenté de 9 % par rapport au T1 2007, à 732 millions d’euros, contre 671 millions. Cette performance reflète l’augmentation des livraisons d’hélicoptères de série et la croissance des activités nouvelles. Les services à la clientèle représentent environ 37 % de l’activité de la division. Ils sont appelés à long terme à devenir une source de plus en plus importante de chiffre d’affaires. L’EBIT* s’inscrit en hausse à 37 millions d’euros, contre 33 millions au T1 2007. Cette augmentation reflète un mix produit favorable et une hausse des volumes. Ces facteurs ont plus que compensé l’impact défavorable de l’évolution du cours de l’USD. 102 hélicoptères ont été livrés aux clients au premier trimestre de 2008, contre 74 unités durant la période équivalente de 2007. On notera notamment la livraison de six NH90 à l’Italie, l’Allemagne et la Finlande, portant ainsi à 17 le nombre total d’appareils de ce type déjà livrés. La chaîne de production des UH-72A à Columbus, dans le Mississippi, évolue conformément aux attentes. Eurocopter a livré huit de ces hélicoptères au premier trimestre, portant ainsi à 26 le nombre total d’unités livrées. Toutes ces livraisons ont été effectuées conformément au calendrier, voire plus rapidement que prévu.

La Division a par ailleurs renforcé sa présence industrielle internationale, avec la mise en service en Australie d’une chaîne d’assemblage de l’hélicoptère NH90. Le marché a manifesté un grand intérêt pour le nouvel hélicoptère de transport civil EC175, présenté en février 2008. Eurocopter développe cette machine en coopération avec des partenaires chinois.

Eurocopter a reçu au total une commande de 299 hélicoptères au premier trimestre 2008, contre 287 unités au T1 2007. Le carnet de commandes est au total de 1 585 appareils à fin mars, soit 14,5 milliards d’euros en valeur. Il était de 1 388 appareils à fin 2007, représentant 13,5 milliards d’euros.

Astrium a continué à développer son chiffre d’affaires, qui s’élève à 751 millions d’euros au T1 2008, contre 629 millions d’euros au T1 2007. Cette progression a été principalement alimentée par la montée en puissance des services Paradigm et par l’accélération des cadences de production du lanceur Ariane 5. L’EBIT* d’Astrium a plus que triplé au T1 2008 par rapport au T1 2007. Cette performance reflète un important effet volume, la disparition du risque sur le développement du programme Galileo, et des gains de productivité. L’EBIT* de la division a ainsi plus que triplé pour atteindre 33 millions d’euros, contre 10 millions au T1 2007.

Le trimestre a été marqué par plusieurs succès techniques dont l’arrimage du laboratoire spatial Columbus à la Station spatiale internationale (ISS), le lancement réussi d’Ariane 5 et l’arrimage automatique parfait du véhicule de transfert automatisé ATV à l’ISS. Ce dernier évènement constitue une première mondiale. On notera enfin le lancement à la fin avril de Giove-B, second satellite d’essai du programme Galileo. Des succès importants ont également été enregistrés sur le plan commercial : Astrium a signé le contrat relatif à la sonde européenne BepiColumbo d’exploration de Mercure et un contrat portant sur un nouveau satellite civil de télécommunications à forte puissance. Le carnet de commandes de la division s’établit à 12,7 milliards d’euros à fin mars 2008, contre 12,9 milliards d’euros à fin 2007.

Le chiffre d’affaires de la division Défense et Sécurité (DS) s’est inscrit en hausse à 990 millions d’euros au T1 2008, contre 905 millions d’euros au T1 2007. La croissance a été tirée principalement par les activités de missiles et d’électronique de défense. La division a augmenté son EBIT* de manière très significative, à 33 millions d’euros, contre -5 millions au T1 2007. Cette performance reflète la hausse des volumes et une meilleure maîtrise des coûts de structure. Les données du T1 2007 ont été ajustées pour tenir compte du changement de périmètre de consolidation, MBDA étant désormais prise en compte à hauteur de 37,5 %.

Le dernier appareil de la Tranche 1 du programme Eurofighter a été livré. La production de la Tranche 2 est en cours. Au total, 144 Eurofighters ont déjà été livrés aux clients, dont cinq appareils exportés vers l’Autriche. La division DS s’est positionnée sur les nouveaux marchés de défense en signant un accord de partenariat avec le groupe indien Tata. Les deux partenaires proposeront un système de télécommunications tactiques aux forces armées indiennes. La division a enregistré de nouvelles commandes grâce à son activité de missiles, au succès renouvelé de son activité de réseaux sécurisés, avec de nouveaux contrats au Brésil, en Chine et en Espagne, et à une première commande sur le marché mondial prometteur des solutions de sécurité portuaire.

Le carnet de commandes de la division s’établit à 18,0 milliards d’euros à fin mars 2008, en légère hausse par rapport à fin 2007 (17,8 milliards d’euros). La division DS a renforcé sa présence sur le marché des communications sécurisées en procédant à l’acquisition de PlantCML, qu’elle consolidera désormais. Cette société est l’un des leaders sur le marché nord-américain des solutions de réponse d’urgence.

Siège et Autres activités (n’étant rattachées à aucune division)

Le chiffre d’affaires des Autres activités (ATR, EADS EFW, EADS Socata, EADS Sogerma et EADS North America) s’élève à 297 millions d’euros à fin mars 2008, contre 311 millions d’euros à fin mars 2007. L’EBIT* des Autres activités a reculé en parallèle avec l’évolution du chiffre d’affaires. Il atteint 19 millions d’euros au premier trimestre de 2008, contre 20 millions au premier trimestre de 2007. EADS North America, qui regroupe les activités du groupe aux États-Unis et assure la maîtrise d’œuvre des principaux programmes américains, est désormais consolidée au sein des Autres activités et non plus au sein de la division Défense et Sécurité. Les chiffres du T1 2007 ont été ajustés en conséquence. Les divisions d’EADS continueront à consolider dans leurs comptes leur part des travaux effectués dans le cadre des divers programmes auxquels elles participent. Le chiffre d’affaires d’EADS North America au T1 2008 est lié principalement à la maîtrise d’œuvre du programme LUH.

Le constructeur d’avions de transport régional ATR a livré huit appareils au T1 2008, soit le même nombre d’unités qu’au T1 2007. ATR a reçu commande de trois nouveaux avions au cours du trimestre. Le carnet de commandes total à la fin mars est de 190 avions. EADS EFW a souffert d’un mix produits défavorable par rapport au premier trimestre 2007, avec une diminution des livraisons d’avions de transport de passagers convertis en avions cargo et une augmentation de l’activité d’aérostructures. EADS Socata a livré six TBM 850 à ses clients. Son carnet de commande porte sur 58 avions. Le carnet de commandes des Autres Activités s’élève à 3,0 milliards d’euros au 31 mars 2008, contre 2,7 milliards d’euros à fin décembre 2007. L’EBIT* du Siège et des activités de consolidation s’est contracté par rapport à la même période l’année précédente, qui avait bénéficié de la cession de la participation d’EADS dans Embraer et de cessions immobilières.

EADS est un leader mondial de l’aéronautique et de l’espace, de la défense et des services associés. En 2007, EADS a généré un chiffre d’affaires de 39,1 milliards d’euros et employait environ 116 000 personnes. Le Groupe comprend l’avionneur Airbus, Eurocopter, premier constructeur d’hélicoptères au monde, et le leader européen des programmes spatiaux d’Ariane à Galileo, EADS Astrium. EADS est également le principal partenaire du consortium Eurofighter et développe l’A400M par l’intermédiaire de sa division Avions de transport militaire. Enfin, le Groupe détient une participation dans la joint venture MBDA, leader mondial des systèmes de missiles.

* EBIT

EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. L’expression « éléments exceptionnels » se réfère aux éléments tels que les dotations aux amortissements des ajustements à la juste valeur se rapportant à la fusion EADS, à la création de la société Airbus intégrée et à la création de MBDA, ainsi que les dépréciations constatées en résultat sur les écarts d’acquisition générés à l’occasion de ces transactions.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :