lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > L’Otan renforce sa défense cybernétique

L’Otan renforce sa défense cybernétique

France 24

jeudi 15 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’Otan a donné son aval mercredi à la création à Tallinn, en Estonie, d’un centre de formation à la défense contre des attaques cybernétiques sur Internet, comme celles infligées à ce pays balte en avril et mai 2007 par des pirates informatiques russes.

Un protocole d’accord sur la création du "Centre d’excellence de l’Otan pour la défense cybernétique" a été signé au siège bruxellois de l’Alliance atlantique par les sept pays fondateurs (Allemagne, Espagne, Estonie, Italie, Lettonie, Lituanie et Slovaquie), en marge du Comité militaire semestriel réunissant les chefs d’état-major des 26 pays alliés.

Selon le chef d’état-major estonien, le général Ants Laaneots, le centre aura pour objectif d’"améliorer l’interopérabilité, la coopération et les mécanismes juriques" en matière de défense cybernétique au sein de l’Alliance.

Il doit aussi permettre d’"améliorer la doctrine de l’Otan dans le domaine de la cyberdéfense" et "de renforcer les capacités défensives de l’Alliance par des exercices de simulation d’attaques cybernétiques".

"Se concentrer sur cette menace croissante est d’importance critique pour l’Otan car de plus en plus de gens sont concernés par la toile", a souligné devant la presse le chef du commandement de l’Otan responsable de la modernisation militaire, basé à Norfolk (Etats-Unis), le général américain James Mattis.

Le 26 avril 2007, la décision estonienne de retirer du centre de Tallinn un monument datant de l’occupation soviétique en mémoire des soldats de l’Armée rouge ayant combattu durant la Seconde guerre mondiale avait provoqué des manifestations d’Estoniens d’origine russe et une crise diplomatique avec Moscou.

Le 27 avril, l’Estonie avait eu le douteux privilège d’être le premier pays au monde à être victime d’attaques massives des réseaux Internet du gouvernement, de banques et médias. La Russie avait démenti être la commanditaire de ces attaques.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :