lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Trois pays de l’UE se coordonnent pour une opération antiterroriste

Trois pays de l’UE se coordonnent pour une opération antiterroriste

AFP

samedi 17 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Dix personnes ont été interpellées vendredi en France, en Allemagne et aux Pays-Bas lors d’une opération coordonnée, lancée à la demande de la justice française, contre un réseau international soupçonné de financer le terrorisme islamiste, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Huit d’entre elles, toutes d’origine turque, ont été arrêtées en France, dans la banlieue de Mulhouse (Haut-Rhin) et dans le Rhône.

Une a été relâchée quelques temps plus tard. Les autres, dont une femme qui devrait être remise en liberté d’ici la fin de la journée de vendredi, ont été placées en garde à vue pour être interrogées par les spécialistes de la DST (direction de la surveillance du territoire) chargés de cette affaire.

Bien qu’il ne s’agisse "pas d’opérationnels", a-t-on assuré de mêmes sources, plusieurs armes de poing ont été découvertes au cours des perquisitions à domicile, ainsi que des sommes d’argent dont le total "est assez important".

La DST, qui a bénéficié de l’appui du RAID (Recherche, assistance, intervention, dissuasion, l’unité d’élite de la police nationale), a agi "à titre préventif", ont précisé les mêmes sources.

Des disques durs d’ordinateurs ont aussi été saisis, de même qu’une "nombreuse documentation que les policiers vont devoir examiner".

Ces personnes sont soupçonnées d’avoir participé au financement du MIO (Mouvement islamique d’Ouzbékistan), prétendant être lié à la nébuleuse Al-Qaïda. Formé en 1998, le MIO est considéré comme la plus redoutable des organisations fondamentalistes d’Asie centrale, où elle s’est illustrée par des prises d’otages et des opérations armées.

Là, "on est en lien avec la zone pakistano-afghane", a-t-on estimé vendredi à Paris.

Cette opération coordonnée a été déclenchée sur commission rogatoire internationale du juge antiterroriste parisien Thierry Fragnoli, au terme d’une enquête de la DST de près d’une année.

Le parquet néerlandais a confirmé vendredi qu’un Turc de 48 ans avait été arrêté dans le cadre de cette affaire, à Tilburg (sud des Pays-Bas, ndlr).

"A la demande de la justice française, un Turc de 48 ans a été arrêté ce matin à Tilburg (sud des Pays-Bas, ndlr), soupçonné d’être un collecteur de fonds impliqué dans le financement du terrorisme", a indiqué le parquet néerlandais dans un communiqué, et la France "a demandé son extradition".

Trois appartements ont également été perquisitionnés dans cette ville, et des ordinateurs, des téléphones et des munitions ont été saisis, selon ce communiqué.

La justice allemande a elle aussi confirmé avoir interpellé à son domicile de Weil-am-Rhein (Allemagne), non loin de Bâle (Suisse), un homme de 35 ans, "qui n’est pas d’origine allemande", a indiqué le procureur de la ville voisine de Lörrach, Otto Bürgerlin, sans préciser la nationalité du suspect.

"Quelques éléments de preuve", dont la nature n’a pas non plus été révélée, ont été saisis, selon la même source.

Un tribunal de Karlsruhe doit désormais décider de son éventuelle extradition vers la France.

L’opération de vendredi matin est intervenue au lendemain de la réunion et du dîner, à Paris, du "Club de Berne", cette instance informelle qui regroupe les principaux hauts responsables des services de renseignement européens. Un "simple hasard de calendrier", a-t-on affirmé de source française.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :