dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Défense : le Livre blanc dévoilé à huis clos mercredi aux parlementaires

Défense : le Livre blanc dévoilé à huis clos mercredi aux parlementaires

AFP

mardi 20 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Très attendu, le projet de Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale qui doit dégager de nouvelles priorités stratégiques (renseignement, réponse aux cyber-attaques...) est présenté mercredi à quelques dizaines de parlementaires.

Le matin, devant la commission de la défense de l’Assemblée nationale, et en fin d’après-midi, devant celle du Sénat, le ministre Hervé Morin et le président de la commission du Livre blanc, Jean-Claude Mallet, plancheront à huis clos.

A charge pour les parlementaires de présenter ensuite leurs observations qui, conjuguées aux derniers arbitrages de l’Elysée, donneront lieu à une version définitive. Elle portera la signature de Nicolas Sarkozy et engagera la politique de défense et de sécurité de la France jusqu’à l’horizon de 2020.

Pour l’heure, le Livre blanc n’est qu’un volume de feuillets hâtivement reliés remis en une vingtaine d’exemplaires aux "happy few" : Elysée, Matignon, ministres (Défense, Intérieur, Budget et Affaires étrangères), commissions parlementaires de la Défense...

L’ensemble de ces documents de travail dont les aspérités doivent encore être gommées est frappé du sceau "Confidentiel défense". Mais à terme, le Livre blanc fera l’objet d’une édition accessible au grand public.

Son adoption formelle en Conseil des ministres, d’abord annoncée pour le 4 juin, puis pour le 11, serait maintenant envisagée le 18 juin.

Le président Nicolas Sarkozy devrait s’exprimer publiquement sur ce Livre blanc tout comme le Premier ministre François Fillon qui interviendrait en séance publique à l’Assemblée.

A terme cependant, la communauté militaire attend de pied ferme la déclinaison pratique du Livre blanc et de la revue générale des politiques publiques, la RGPP.

Quelles bases seront fermées, quels régiments supprimés ? M. Morin avait promis de s’exprimer le 19 juin devant les cadres de la défense mais la réponse pourrait tarder encore, peut-être même au-delà du 14 juillet et du vote sur la réforme constitutionnelle.

A l’autome, l’ensemble sera gravé dans le marbre par la loi de programmation militaire 2009-2013.

Sans être une révolution copernicienne, le Livre blanc tire toutes les conséquences du nouveau contexte géostratégique né de la chute du Mur de Berlin et des attentats du 11 Septembre.

De nouvelles priorités sont tracées : le renseignement, avec la nomination d’un coodonnateur aux côtés du président de la République, une réponse "graduée et proportionnelle" face aux cyber-attaques, la déclinaison à l’échelle de la nation du concept de résilience (comment surmonter une catastrophe collective, NDLR) cher au psychiatre Boris Cyrulnik...

Le risque d’une confrontation avec les chars du Pacte de Varsovie s’étant évaporé, le "contrat opérationnel" des armées sera réduit. Ainsi, l’armée de terre qui devait être capable de déployer une force de 50.000 hommes sur un théâtre d’opération extérieur, verra cet objectif réduit à 30.000 hommes.

Sur la dissuasion nucléaire, le président Sarkozy a déjà annoncé le 21 mars à Cherbourg la réduction d’un tiers de la composante aéroportée, la composante sous-marine restant inchangée.

Le Livre blanc autorise aussi une intégration plus importante de la France dans le commandement intégré de l’Otan. Il cible l’arc de crise qui s’étend de la Méditerranée à l’océan Indien, le dispositif militaire permanent français outre-mer et en Afrique devant être allégé.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :