vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le canon à laser russe n’a rien à envier à l’américain (...)

Le canon à laser russe n’a rien à envier à l’américain (expert)

RIA Novosti

mardi 20 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La Russie s’est penchée sur les armes à laser tactiques plus tôt que les Etats-Unis et possède dans son arsenal des échantillons à laser chimiques de précision qui n’ont rien à envier aux armes américaines, a annoncé lundi à RIA Novosti un expert en armements russes.

"Notre première installation de ce genre a été testée en 1972", a-t-il annoncé, abordant les tests de laser chimique menés par Boeing.

"Même à l’époque, le canon mobile à laser soviétique était en mesure d’atteindre efficacement des cibles aériennes. Depuis, nos possibilités dans ce domaine se sont substantiellement accrues et les Etats-Unis ne font que nous rattraper", a expliqué l’interlocuteur de l’agence.

Selon lui, Boeing, en tant que sous-traitant du Pentagone, se voit accorder des sommes très importantes pour la conception des armes à laser de précision, basées dans les airs. "Ce qui signifie que les succès des Américains sont indiscutables et qu’ils ne s’arrêteront pas là", a-t-il ajouté.

L’arme à laser développée par Boeing pour le compte du Pentagone doit atteindre des cibles en causant un préjudice minimal, autrement dit, détruire uniquement ce qui est atteint par le laser. La nouvelle arme pourrait être utilisée notamment en milieu urbain.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Les Soviétiques ont développés pendant lontemps une avance sur les USA dans le domaine de la conjugaison de phase. C’est le NPO Astrophysica qui était chargé de ce développement. Les USA étaient loin derrière jusqu’à la fin des années 1990.
    En 1982, tensions à la frontière Sino-Soviétique sur l’Amour. La CIA envoie un satellite surveiller les mouvements de troupes. Le satellite de la CIA est "ébloui" par un laser au sol placé en altitude dans les Monts Altaï.
    Le principe est d’exploiter un effet "oeil de chat" la lumière reçue de la cible est amplifiée, le retour inverse de la lumière est exploité (une des premières leçons d’optique).