lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Vingt-six pays créent une force internationale contre le cyberterrorisme

Vingt-six pays créent une force internationale contre le cyberterrorisme

Tom Espiner, ZDNet UK, avec Béatrice Gay, ZDNet.fr

jeudi 22 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Ils se regroupent au sein de l’Impact, une organisation chargée d’aider les gouvernements à se prémunir contre la cybercriminalité. Des centres techniques vont être créés notamment pour contrôler le web et apporter une protection en cas d’attaques.

Pendant que l’Otan renforce ses lignes en créant deux centres de lutte contre la cybercriminalité, vingt-six pays dont les États-Unis et la France unissent leurs forces au sein d’un nouveau groupe baptisé « Impact » (International Multilateral Partnership Against Cyber-Terrorism). Il vise à former une coalition internationale dont la finalité est de protéger les systèmes informatiques gouvernementaux.

L’initiative a été annoncée lors du World Cyber Security Summit, le 21 mai à Kuala Lumpur (Malaisie). Elle se présente comme la toute première alliance rassemblant secteurs public et privé en matière de sécurité sur le web. Parmi les autres pays participants, on peut citer le Royaume-Uni, la Russie, l’Australie, le Canada, le Japon, le Mexique, la Thaïlande, l’Arabie Saoudite et la Suède.

Un partage des ressources entre secteurs public et privé

Un effort commun est nécessaire, indique Impact, pour se prémunir des attaques sur la Toile, avec un dispositif d’alertes prévenant d’attaques imminentes. L’idée est de s’inspirer du « Manhattan Project » américain, annoncé en avril dernier par le ministère de la Sécurité nationale, qui appelle à optimiser les passerelles entre secteur public et privé pour plus d’efficacité.

Impact veut « faciliter l’identification rapide des menaces et le partage de ressources existantes pour aider les gouvernements en cas d’urgence », peut-on lire sur son site web. C’est un centre qui s’en chargera, avec en son sein un système qui surveillera en permanence la Toile pour détecter les menaces, et fournira aux gouvernements une liste des centres à contacter en situation de crise.

À l’image de l’Otan, la nouvelle coalition veut créer également un centre chargé de la formation technique pour les membres de gouvernements, et un autre ayant pour tâche de recommander des bonnes pratiques en matière de sécurité informatique.

Vinton Cerf, Kasperky, Trend Micro et Symantec comme experts

Enfin, ils seront complétés d’un quatrième qui aura pour mission de définir des politiques de lutte contre la criminalité en ligne et de les harmoniser dans les pays.

Le projet rassemble des spécialistes des secteurs privé et public, qui apporteront leur expertise. On trouve ainsi dans la liste Vinton Cerf (inventeur du protocole TCP/IP et désormais chez Google), Steve Chang (président de Trend Micro), Fred Piper (professeur à l’université londonienne de Royal Holloway), Howard Schmidt (ex-conseiller de la Maison Blanche sur la cybersécurité), John Thompson (ex-DG de Symantec), Eugene Kaspersky (DG de Kaspersky), et Mikko Hypponen (directeur de la recherche chez F-Secure).


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :