lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Un plan secret contre des attentats à Paris

Un plan secret contre des attentats à Paris

Nouvelobs.com

mercredi 21 septembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Les autorités françaises préparent un "plan Ecarlate" afin de réagir à des attaques simultanées dans la capitale.

Dix ans après la vague d’attentats de 1995 à Paris, les autorités françaises - alertées par les événements de Madrid en 2004 et de Londres cet été - planchent actuellement sur un "plan attentats multiples" ou "Plan écarlate" pour réagir à des attaques simultanées dans la capitale, selon Libération, qui en révèle les grandes lignes dans son édition du mercredi 21 septembre. Ce "Plan écarlate" qu’achèvent "actuellement" les services du préfet de police et de la zone de défense de paris, Pierre Mutz, a pour but de coordonner "les interventions des secours, des transports, de la sécurité publique et des enquêteurs de la police judiciaire", selon Libération. Retenant l’hypothèse d’un attentat sur le réseau ferré ou métropolitain en région parisienne, ce plan prévoit d’abord l’évacuation de tous les passagers des trains et des métros -"au bas mot 500.000 Franciliens" aux heures de pointe, selon le quotidien qui cite un haut fonctionnaire ayant requis l’anonymat. "En accord avec la RATP", les autorités ont donc décidé "d’arrêter toutes les rames de métro à la station suivante et de faire remonter les passagers à la surface".

Pour la SNCF, "un arrêt immédiat et brutal" des trains et RER est prévu, "car en grande banlieue, la distance est plus longue entre deux gares".

Eviter la panique

Pour éviter les mouvements de panique et parer au mieux aux rues encombrées et aux embouteillages dans Paris, le plan charge les policiers de la sécurité publique et de la circulation de "fluidifier les trajets et les voies" et d’ouvrir des passages aux véhicules de secours et aux ambulances "afin d’acheminer des blessés vers la grande couronne". Dans le même temps, le Samu aura déclenché le Plan blanc et sera prêt à "médicaliser sur place les blessés les plus graves" et à acheminer les plus légers "vers des hôpitaux éloignés comme à Evry ou Gonesse" pour éviter un engorgement des établissements parisiens. Pour assurer la "traçabilité des victimes", le centre d’information du public de la préfecture de police mettra en place un numéro de crise unique (0-811-00-06-75), et la Cellule d’identification des victimes de catastrophe (CIVC) sera activée, comme lors du tsunami en Asie où l’accident du Concorde à Gonesse. Enfin, pour faire avancer rapidement l’enquête - sur le modèle de ce qui s’est passé à Londres cet été - la police judiciaire de Paris ouvrira un site Internet avec "un lien spécial accroché au portail de celui de la préfecture de police" afin de récolter "en un temps record" des informations de toutes sortes (messages, témoignages, images numériques). Les enquêteurs récupéreront également les listings téléphoniques des appels de téléphones portables passés le jour des attentats par les bornes les plus proches des lieux et exploitera "comme d’habitude" les bandes des caméras de surveillance.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :