vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Cybercriminalité : les attaques contre les pays de l’UE augmenteront (...)

Cybercriminalité : les attaques contre les pays de l’UE augmenteront (expert)

RIA Novosti

jeudi 29 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le nombre de cyber-attaques contre les pays membres de l’UE ne cessera d’augmenter, ce qui demandera des investissements grandissants dans la sécurisation d’internet, a déclaré le directeur exécutif de l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA), Andrea Pirotti.

L’Europe doit prendre au sérieux les menaces de cyber-attaques et investir davantage de ressources dans la sécurisation des réseaux informatiques, a fait savoir M. Pirotti cité par les médias de Bruxelles.

Selon lui, il faut également harmoniser les approches des pays européens envers la sécurité des réseaux.

Le directeur de l’ENISA estime que les attaques informatiques lancées en 2007 contre l’Estonie sont "les signes avant-coureurs de ce qui pourrait arriver". Cela dit, il a refusé d’accuser la Russie d’être à l’origine de ces incidents.

Début mai 2007, des sites web institutionnels estoniens avaient servi de cibles aux attaques informatiques lancées des quatre coins du monde après que les autorités du pays eurent décidé de transférer le monument au Soldat libérateur du centre de Tallinn dans un cimetière militaire.

Les autorités estoniennes avaient alors prétendu que ces attaques émanaient des ordinateurs d’administrations russes. Le Kremlin avait qualifié ces allégations de "parfaitement gratuites". De leur côté, des experts de l’UE et de l’OTAN n’avaient pas découvert de "trace russe" dans le piratage des sites estoniens. Le ministre estonien de la Défense Jaak Aaviksoo devait reconnaître plus tard qu’il n’avait pas de preuves confirmant la participation d’établissements officiels à ces incidents électroniques.

Afin de prévenir les cyber-attaques, M. Pirotti a invité les gouvernements européens à créer leurs propres "équipes de réaction rapide". Selon lui, les structures de ce genre fonctionnent déjà dans 14 pays membres de l’UE. Dix autres équipes seront formées au cours des 18 prochains mois.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :