dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Deutsche Telekom/espionnage : le patron invité au ministère de (...)

Deutsche Telekom/espionnage : le patron invité au ministère de l’Intérieur

AFP

samedi 31 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre de l’Intérieur allemand Wolfgang Schäuble veut rencontrer lundi à Berlin les patrons des groupes télécoms, dont celui de Deutsche Telekom, dans le cadre du scandale d’espionnage qui frappe cette entreprise, rapporte vendredi la presse.

Il s’agit de "discuter de la manière dont la protection des données peut être réalisée de façon efficace au sein des entreprises et des mesures qui peuvent être prises en ce sens", selon le texte de l’invitation envoyée à l’ensemble des patrons des groupes de télécommunications allemands, dont le Frankfurter Allgemeine Zeitung a obtenu copie.

Le numéro un européen du secteur, Deutsche Telekom, est secoué depuis le week-end dernier par la révélation de pratiques d’espionnage des données téléphoniques, voire bancaires, de membres du conseil de surveillance et de journalistes pour trouver l’origine de fuites d’informations à la presse.

Deutsche Telekom, actuellement dirigé par René Obermann, a en partie reconnu les faits et une enquête est en cours sur le plan judiciaire, visant notamment l’ancien patron Kai-Uwe Ricke et l’ancien président du conseil de surveillance Klaus Zumwinkel.

L’affaire relance également la polémique dans le pays sur le stockage des données, récemment approuvé par le parlement au nom de la lutte contre le terrorisme.

La législation prévoit notamment que les données relatives aux liaisons téléphoniques doivent être stockées par les opérateurs pendant six mois. Le premier opérateur concerné, parce que numéro un national dans le fixe comme dans le portable, est Deutsche Telekom.

Chaque jour, les nouvelles révélations donnent à l’affaire un tour de plus en plus rocambolesque. Des journalistes auraient non seulement vu leurs communications téléphoniques répertoriées, et leurs données bancaires épluchées mais certains auraient aussi été épiés avec une caméra, d’autres suivis.

Vendredi, le Financial Times Deutschland rapporte que d’anciens membres de la Stasi, la police politique de l’ancienne Allemagne de l’Est, font partie des sociétés de sécurité mandatées directement ou indirectement par Deutsche Telekom.

Un des dirigeants de la société Desa, chargée d’espionner un journaliste du FTD, a ainsi confirmé son passé d’ancien membre de la Stasi auprès du journal.

Avec l’autre cofondateur de l’officine, ils auraient été employés par le département II du ministère de la Sécurité d’Etat, compétent pour l’espionnage intérieur et extérieur. Cette division surveillait notamment les ambassades étrangères et les journalistes correspondants pour des titres étrangers, selon le FTD.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :