dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM en République tchèque : protestation du leader de l’opposition (...)

ABM en République tchèque : protestation du leader de l’opposition (agence)

RIA Novosti

samedi 31 mai 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Jiri Paroubek, chef du parti social-démocrate (CSSD) - principal parti d’opposition - a l’intention d’envoyer une lettre à la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice l’exhortant à ne pas signer d’accord sur le déploiement d’un radar américain en République tchèque, annonce l’agence de presse tchèque CTK.

"Il ne convient pas signer cet accord à la veille de l’élection présidentielle aux Etats-Unis et du changement d’administration à la Maison Blanche", estime l’ancien premier ministre tchèque.

Le leader du CSSD a pris cette décision après avoir rendu visite aux deux opposants farouches des plans américains, Jan Tamas et Jan Bednar. Ces derniers ont entamé il y a plus deux semaines une grève de la faim en signe de protestation contre l’installation dans leur pays d’un radar faisant partie du système américain de défense antimissile (ABM).

Il est prévu de signer deux accords relatifs au déploiement d’un radar américain en République tchèque en juin-juillet prochain.

La signature d’un accord principal était initialement prévue en mai, dans le cadre de la visite de Condoleezza Rice en République tchèque. Cependant, celle-ci a annulé sa visite à Prague.

Des sources diplomatiques tchèques ne cachent pas que les négociations et la signature des documents sur l’ABM doivent s’achever avant l’expiration du mandat présidentiel de George W. Bush.

Pour que le radar américain soit déployé sur le sol tchèque, le document doit être ratifié par les deux chambres du parlement et signé par le président Vaclav Klaus.

Le premier ministre tchèque Mirek Topolanek a plus d’une fois déclaré auparavant que le gouvernement entendait proposer au parlement de ratifier l’accord sur l’installation du radar ABM américain sur le sol tchèque avant les vacances parlementaires d’été.

Les projets d’implantation d’un radar américain divisent depuis longtemps la scène politique tchèque. Le Parti démocratique civique (OSD, au pouvoir), qui ne dispose pas de la majorité parlementaire, est favorable aux projets américains, le Parti social-démocrate, le principal parti d’opposition, exige la tenue d’un référendum national, tandis que les communistes et une partie des verts y sont farouchement opposés.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :