lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Après l’attentat d’Islamabad, le Danemark redoute de nouvelles (...)

Après l’attentat d’Islamabad, le Danemark redoute de nouvelles attaques

Slim Allagui, AFP

mardi 3 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le Danemark, sous le choc au lendemain de l’attentat meurtrier devant son ambassade à Islamabad, a relevé le niveau d’alerte, redoutant de nouvelles actions de ce type à l’étranger.

Les services du renseignement danois (PET) ont révisé leur évaluation des menaces potentielles contre les intérêts danois, renforçant leurs mises en garde contre de possibles attaques à l’étranger après cet attentat suicide, qui a fait, selon un dernier bilan, au moins six morts dont un ressortissant danois.

Le PET estime qu’il existe "une menace terroriste significative et reconnue", là où "des groupes liés au réseau Al-Qaïda sont actifs", en particulier "en Afrique du Nord, au Proche et Moyen-Orient ainsi qu’au Pakistan et en Afghanistan".

"Il est important de souligner également que des extrémistes peuvent se laisser inspirer par l’attaque au Pakistan et tenter de réaliser des attentats contre des Danois et des intérêts danois à l’étranger", a dit le chef du PET, Jakob Scharf.

Pour les quotidiens Politiken et Information, le Danemark, "ennemi" des islamistes, est désormais placé sur la carte du terrorisme mondial.

"L’attentat terroriste de la veille n’est pas seulement un rappel du fait que le Danemark est considéré comme une nation hostile à l’islam, mais aussi (un rappel du fait) que le réseau d’Al-Qaïda semble toujours opérationnel", écrit Information.

Copenhague avait dès lundi recommandé à ses ressortissants de ne pas se rendre au Pakistan, laissant entendre que d’autres menaces étaient à craindre.

Ces derniers mois, les services de sécurité danois n’ont eu de cesse de prévenir de l’existence d’éventuels risques à l’étranger, en particulier après la nouvelle publication, en février, d’une caricature de Mahomet dans la presse danoise qui a ravivé colère et protestations au sein du monde musulman.

Mardi, un responsable gouvernemental pakistanais a d’ailleurs affirmé que l’attentat suicide de lundi était directement lié à la crise des caricatures de Mahomet et avait été perpétré par des pro-talibans.

"Cette attaque n’a pas été provoquée par des événements dans le pays ou dans la région mais plutôt par la colère du monde musulman contre la publication de ces dessins blasphématoires", a-t-il dit à l’AFP sous couvert de l’anonymat.

Les autorités danoises n’ont pas souhaité commenter les conjectures sur les auteurs de cet attentat.

Cette attaque est la quatrième et la plus meurtrière contre les représentations diplomatiques danoises.

Les ambassades à Damas et à Beyrouth avaient été les cibles d’incendies volontaires en 2006 et à Téhéran d’actes de vandalisme après la publication de douze caricatures de Mahomet dans le quotidien Jyllands-Posten en 2005.

Au ministère danois des Affaires étrangères, où les drapeaux étaient en berne depuis lundi, une cérémonie de recueillement s’est par ailleurs déroulée à la mi-journée.

Le chef de la diplomatie Per Stig Moeller et l’ensemble des employés du ministère ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes.

De son côté, l’opinion s’est dite choquée par cet attentat à l’instar du Conseil commun des musulmans du Danemark, qui l’a qualifié d’"acte honteux" que "rien ne peut justifier".

Sur le plan de la politique intérieure, Helle Thorning-Schmidt, la présidente du parti social-démocrate, principale formation d’opposition, a soutenu la position du gouvernement libéral-conservateur.

"Les terroristes ne doivent pas décider de notre politique étrangère ou de notre liberté d’expression", a-t-elle dit.

"Le Danemark ne doit pas vaciller car si nous ne continuons pas à assumer notre part de responsabilité dans une politique étrangère active, nous ferons le jeu des terroristes", a estimé pour sa part le quotidien conservateur Berlingske Tidende.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :