samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Les Suisses devront annoncer leur entrée aux Etats-Unis

Les Suisses devront annoncer leur entrée aux Etats-Unis

Laureline Duvillard, le Temps

jeudi 5 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Les autorités américaines entendent contrôler plus sévèrement les ressortissants ouest-européens.

Les voyageurs en provenance des 27 pays du programme d’exemption de visa (Visa Waiver Programm) pour se rendre aux Etats-Unis risquent de subir une nouvelle contrainte. Selon le Financial Times de mardi, une règle de sécurité supplémentaire, qui entrera en vigueur en janvier prochain, obligera les passagers à annoncer leur arrivée aux autorités américaines au minimum 72 heures avant leur départ. Ils devront remplir un formulaire online, à disposition auprès des agences de voyages, des compagnies aériennes et d’un site ad hoc. Les informations demandées seront identiques à celles comprises dans l’actuel formulaire d’immigration I-94 W, remis aux voyageurs par les compagnies aériennes.

En obtenant par avance des renseignements sur les visiteurs prêts à pénétrer sur le territoire des Etats-Unis, Washington entend compliquer l’entrée d’éventuels terroristes en provenance des pays membres du Visa Waiver Programm. Des pays considérés à risque puisque, selon le général Michael Hayden, directeur de la CIA, Al-Qaida tend à recruter ses attaquants en Europe occidentale, où se situent la majeure partie des pays réunis sous le Visa Waiver Programm.

Tourisme et voyage d’affaires

Si cette décision ne porte guère à conséquences pour les touristes, qui préparent en général leur déplacement longtemps à l’avance, elle peut représenter un problème pour les voyageurs qui se décident au dernier moment. Matthias Thürer, responsable marketing chez Ebookers, tente d’estimer la difficulté. « Les passagers sont habitués à réserver et à se renseigner à l’avance en ce qui concerne les questions d’immigration aux Etats-Unis, explique-t-il. Mais il est vrai que si cette nouvelle mesure ne prévoit pas d’exceptions, elle posera un problème pour les réservations en last minute ainsi que pour les voyages d’affaires qui, suivant les circonstances, peuvent se décider sur le tard. »,

Prisca Huguenin porte-parole d’Hotelplan pour la Suisse romande, attend de voir. A ses yeux, il n’est pas encore temps de juger les retombées négatives de cette nouvelle politique : « Les décisions en provenance des Etats-Unis étant souvent fluctuantes, il conviendra d’aviser de la situation au cours des trois prochains mois. »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :