lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Enquête préliminaire de la DST sur les attentats en Algérie

Enquête préliminaire de la DST sur les attentats en Algérie

AFP

lundi 9 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert lundi une enquête préliminaire après la mort d’un ingénieur français dans un attentat dimanche en Algérie, près de Lakhdaria (Est d’Alger), a-t-on appris de source judiciaire.

Cette enquête, confiée à la Direction de la surveillance du territoire (DST), vise les chefs d’assassinat et d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, selon cette source.

L’ingénieur français Pierre Nowacki, 57 ans, a été tué par l’explosion d’une bombe actionnée à distance, placée au passage de sa voiture à la sortie d’un chantier, alors qu’il regagnait la base de l’entreprise française de BTP Razel pour laquelle il travaillait. Son chauffeur algérien a également été tué.

Une trentaine de minutes plus tard, une deuxième bombe a explosé, faisant 11 morts parmi l’équipe de secours et l’escorte de l’ingénieur français.

Treize personnes au total ont ainsi péri dans ce double attentat.

Razel est chargée depuis mars de la réparation du tunnel ferroviaire d’Ammal à Beni-Amrane, dans la région de Boumerdès (50 km à l’est d’Alger), endommagé début 2008 après la collision entre un train de transport de carburants et une locomotive.

L’entreprise a rappelé lundi en France les trois autres Français qui travaillaient sur ce chantier. Le corps de M. Nowacki doit être rapatrié dans les prochains jours.

C’est la deuxième fois depuis septembre que des Français sont visés par un attentat, mais c’est le premier Français tué dans un attentat islamiste depuis 1994.

Le 21 septembre, un attentat contre un autre convoi de Razel dans la même région avait fait 8 blessés : deux Français, un Italien et cinq gendarmes algériens qui les escortaient. Une enquête préliminaire avait alors également été ouverte par le parquet antiterroriste de Paris.

Les deux attentats simultanés de dimanche relèvent, selon les spécialistes, du mode opératoire habituel d’Al-Qaïda, qui s’articule autour d’une opération de diversion pour fixer les forces de l’ordre et d’une attaque sur sa cible principale visant à faire le maximum de dégâts. Ils n’avaient pas été revendiqués lundi.

Entre septembre 1993 et la fin de l’année 1994, 71 étrangers, dont 22 Français, avaient été tués dans des attentats en Algérie.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :