mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Vous avez interviewé un spécialiste des services secrets

Vous avez interviewé un spécialiste des services secrets

20minutes.fr

mardi 10 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement, Eric Denécé sort « Les services secrets » dans la collection Tout comprendre des éditions E/P/A.

Il a répondu à vos questions en direct :

Cheri Bibi | 10.06.2008 - 19h22

Pour le salaire c’est SECRET CLASSIFIED ?

Absolument pas. Un jeune civil entrant à la DGSE gagne 1400 euros par mois, comme un jeune lieutenant de police ou des armées... On ne fait pas ce métier pour de l’argent, mais par passion et par patriotisme, car on ne compte pas ses heures.

Brice | 10.06.2008 - 19h21

Vous ne pensez pas que la multiplicité des services chargés du renseignement au sein d’un même gouvernement (DGSE, DST, RG, renseignement militaire, etc) nuit à une efficacité optimale ? Ne devrait-on pas avoir une seule agence chargée du renseignement intra et extra-territorial, pour éviter les gaspillages budgétaires et surtout les pertes d’informations ou de recoupements (voir des doublons) ?

NON, je ne pense pas que cela représente une difficulté, au contraire, c’est indispensable. Les métiers et les prérogatives sont différents, les formations et les missions aussi. Par ailleurs, une rationalisation est en cours. Enfin, il est indispensable de conserver une certaine séparation des services dans une démocratie.

jo13009 | 10.06.2008 - 19h16

Comment accéder à ces concours du ministère de l’intérieur, de la défense ?Quel diplôme ou cursus faut-il avoir ?

Les concours civils (défense, douanes, intérieur) sont de catégorie A (BAc +5) ou B (bac + 3), voir C (niveau bac). Cela dépend des spécialités. A part à la Défense, il n’existe pas de concours spécifique renseignement. Par ailleurs, une autre voie consiste à s’engager dans les armées, puis à demander de faire carrière dans le renseignement…

Shaabz | 10.06.2008 - 15h20

Bonjour. D’où provient le budget des services secrets ? DST, DGSE, renseignements militaires (je ne me souviens plus de l’acronyme), sont-elles sous la tutelle d’un ministère quelconque ? Et enfin une question subsidiaire, un agent des services secret peut-il avoir une vie de famille ?

Tous les budgets des services sont définis en accord avec Bercy et le ministère de Tutelle (Défense, Intérieur, Economie) et votés par le Parlement. Tous les membres des services français (et du monde enteir dieu merci) ont une vie de famille parfois plus normale qu’un ingénieur commercial qui court le globe pour vendre ses produits et n’est jamais chez lui...

letrappeur | 10.06.2008 - 15h01

Un consultant par exemple serait il intéressant compte tenu du fait qu’il peut parcourir la planète et aborder les dirigeants d’entreprises sous couvert de ses missions ?

Tous les métiers peuvent servir de prétexte ou de couverture à une opération de renseignement. Ce qu’il faut avoir à l’esprit, c’est que c’est toujours la mission qui conduit à définir la couverture ou l’intermédiaire qui sera utilisé pour accéder au renseignement secret recherché. Cela peut parfois être un instituteur, un fleuriste...

APfenua | 10.06.2008 - 19h09

Les services spécialisés dans la recherche du renseignement sont identifiés et connus par contre leurs activités et leurs compétences sont méconnues de beaucoup de personnes. Les fictions projetées médiatisent un type d’individus (F ou H) mais dans la réalité beaucoup "de spectateurs" ignorent qu’un agent est efficace dans l’incognito. C’est sa maîtrise d’un domaine ou ses contacts qui représentent un intérêt pour le traitant. Parfois ce sont les faiblesses, les vices qui sont exploités. Votre avis sur ma petite analyse, SVP.

Je suis assez d’accord. Dès que l’on cherche à expliquer ce qu’est vraiment le renseignement, comment cela fonctionne, les interlocuteurs sont déçus car on montre que l’image qui ests donnée de ce métier est souvent fantasmatique. Un vrai officier de renseignement est indécelable, il semble mener une vie de routine, ennuyeuse et normale. Ce n’est pas un James Bond ! L’argnet de coule pas à flots pour ses missions. Mais l’incognito est l’une des conditions essentielles de son efficacité...

bennett | 10.06.2008 - 15h28

D’après vous, postuler pour la CIA lorsqu’on est français d’origine, est-ce tromper sa patrie ?

Globalement oui, bien que l’on puisse trouver toujours un "accommodement" de circonstances.

Fanny | 10.06.2008 - 17h35

Comme beaucoup je pense, j’ai l’image des espions que l’on voit au cinéma, qu’en est-il vraiment ? Est-ce beaucoup accentué ?

La réalité est tout à fait différente. Le cinéma et les romans ont popularisé ce qui est spectaculaire, c’est-à-dire moins de 5% de l’activité des services. Le renseignement est d’abord un travail de bureau. Plus de 75% des postes sont sédentaires. PAr exemple, le SIS britanniques, qui compte environ 3 000 personnes, compte moins de 500 personnes sur le terrain.

Mapy | 10.06.2008 - 16h38

Est-ce vrai que seuls les gens d’exception intéressent les services secrets ? Le citoyen lambda peut-il devenir un espion ?

Non, les services sont une administration comme une autre. IL y faut des comptables, des secrétaires, des documentalistes, des logisticiens, des personnes en charges de la gestion du personnel, des spécialistes de l’informatique, des télécoms, des traducteurs, etc... et bien sûr, des spécialistes du renseignement...

Joan | 10.06.2008 - 16h12

Bonjour, Je suis un militant occitaniste, je défends ma langue et ma culture. A ce titre, je suis en relation (forums, mails, ...) avec des entités telles que Emgan ou Corsica Nazionne. Suis-je fiché ?

Il y a peu de chances que vous soyez fiché si vous n’avez commis aucun acte répréhensible et si vous n’êtes pas un proche d’un individu connu pour être dangereux pour la sécurité nationale. IL y a beaucoup de fantasmes sur les fiches. Et nous sommes en démocratie.

jo13009 | 10.06.2008 - 18h56

Est-il vrai que le recrutement se fait entre autre par contact d’un étudiant de science po qui ferait un travail sur les services de renseignements ?

Une telle approche est peut-être possible mais elle me semble fantaisiste. IL y a dans de nombreuses universités françaises des cours qui peuvent traiter des questions de renseignement, et donc des professeurs, qui peuvent orienter un jeune vers tel ou tel concours spécialisés. Mais le renseignement, qui est un métier de la fonction publique, est soumis à un concours administratif.

fatalite | 10.06.2008 - 18h03

A combien se monte le revenu d’un service secret ?

Un service n’a pas de "revenu". Je pense que vous voulez parler de Budget. Le budget d’un service comme la CIA, la DGSE ou le SIS anglais se compose d’une partie visible (que l’on identifie généralement facilement dans le budget de l’Etat) et d’une partie "invisible" que l’on appelle les fonds secrets. C’est pour cela que le budget visible, seul, est un indice mince. Par ailleurs, les budgets varient selon l’importance qu’un gouvernement accorde au renseignement.

SARKOOL | 09.06.2008 - 13h51

N’est-ce pas un comble pour un agent secret de vendre des secrets pour s’enrichir, ou plutôt des secrets de polichinelle ?

Cela s’appelle alors de la trahison, c’est le comble bien sûr. Vendre des "faux" secrets relève en revanche de la tromperie... ou de la malhonnêteté

Shadow | 09.06.2008 - 17h31

J’ai lu récemment (Le Canard Enchaîné de mercredi dernier) que M. Sarkozy envisageait de nommer de nouveaux responsables des renseignements notamment au niveau militaire (DGSE, DRM, DPSD). Qu’en penser, ces nominations doivent-elles être politiques ?

Les nominations sont toujours politiques car il est essentiel que le Pdt de la république ait une totale confiance dans les directeurs de service, sinon le système ne fonctionne pas efficacement. Tous les hommes cités sont très compétents.

a2pas | 03.06.2008 - 10h47

Comment se recrutent les « agents » ?

Il ne faut pas confondre les termes : un agent est un informateur qui est recruté par le service (par ex la DGSE) pour nous apporter du renseignement. Lorsqu’on est employé d’un service, le nom d’agent est impropre. On est membre du service (officier, technicien, etc.)

En France, l’essentiel des membres des services de renseignement et de sécurité sont recrutés par voie administrative : concours du ministère de l’intérieur, de la défense, des douanes ou le sont via la carrière militaire. Il y a très peu de contractuels civils.

pierrot94 | 09.06.2008 - 12h06

Quels sont les critères les plus importants pour les candidats recrutés ?

Les critères varient selon les postes à pourvoir : pour la cryptologie, les services recherches des mathématiciens et des spécialistes des télécommunications, pour l’analyse, des diplômes de géopolitique Bac +5 maîtrisant les langues étrangères, pour le service action, ce sont essentiellement des militaires, pour la DST et le RG, il faut passer par les concours d’inspecter ou de commissaire…

JMBern | 27.05.2008 - 16h19

Tout d’abord quels sont les sujets abordés dans votre livre ? Et y’a t’il des révélations inédites ?

Non il n’y a pas de révélations inédites, en tout cas pour un quelqu’un qui suit régulièrement les questions de renseignement. Ce livre est un livre de pédagogie. C’est la première fois qu’un livre en français explique vraiment ce que c’est que le renseignementet comment cela fonctionne...

Le livre d’Eric Denécé


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :