dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > OTAN : l’élargissement booste les dépenses militaires en Europe de (...)

OTAN : l’élargissement booste les dépenses militaires en Europe de l’Est (Nezavissimaïa gazeta)

RIA Novosti

mardi 10 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’année dernière, le monde a donné une nouvelle impulsion à la course aux armements en dépensant la somme record de 1.339 milliards de dollars à des fins militaires, indique l’annuaire 2007 de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), lit-on mardi dans le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Le SIPRI relève qu’en 2007, par rapport à l’année précédente, les dépenses militaires se sont accrues de 6% en prix réels pour atteindre 202 dollars par tête d’habitant à l’échelle de la planète. Ce sont les grands pays qui en ont assuré la part la plus importante. En plus des Etats-Unis qui sont presque pour moitié (547 milliards de dollars) dans les dépenses militaires mondiales (45%), la Grande-Bretagne, la Chine, la France et le Japon ont également affecté des crédits importants pour leurs besoins en la matière. La part de chacun de ces pays est de 4 à 5% des dépenses mondiales. L’annuaire place la Russie à la septième place, avec 35,4 milliards de dollars dépensés (en hausse de 13% par rapport à 2006).

En dix ans, de 1998 à 2007, les dépenses militaires globales se sont accrues de 45%. C’est l’Europe de l’Est qui s’est distinguée par la croissance la plus forte : 162%. Le Proche-Orient, l’Asie du Sud et l’Asie de l’Est sont un peu au-dessus de la moyenne mondiale, avec 50%.

Ces dernières années (de 2003 à 2007), ce sont les Etats-Unis et la Russie qui ont été leaders dans la vente d’armements (avec respectivement 31% et 25% des exportations mondiales dans ce domaine). Parmi les 100 plus importantes compagnies exportatrices d’armes et de matériel de guerre, 41 étaient américaines, 34 européennes et 8 russes.

Le rapport indique en outre qu’en 2007, huit pays du monde détenaient 10.200 têtes nucléaires.

Comme l’a fait remarquer l’employé du SIPRI Petter Stalenheim, qui a participé à l’élaboration du rapport, l’accroissement considérable des dépenses des pays d’Europe de l’Est enregistré ces dix dernières années (+162% en dix ans) s’explique, dans une certaine mesure, par l’élargissement de l’OTAN, car les pays désireux d’adhérer à l’Alliance doivent porter leurs crédits militaires à au moins 2% du PIB.

Certains pays sont partis d’un "point plancher", par exemple la Russie où, dans les années 90, l’armée était peu financée. A présent, les moyens financiers russes se sont considérablement accrus, il en découle un accroissement des dépenses militaires (+160% en dix ans). La Chine a également commencé par un point bas, et ses dépenses ont beaucoup augmenté, d’ailleurs, pas seulement pour les armes, mais aussi pour l’entretien des militaires.

Cet article est tiré de la presse et n’a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Article intéressant s’il en est, toutefois le rapport n’indique pas les méthodes de calculs ni les bases de départ. Sans doute, serait-il utile de pouvoir intégrer la part des investissements nécessaires à l’entretien voire au simple maintien du parc des matériels existants, des investissement purs et de les différencier tant en matières de supports, de vecteurs que de munitions.
    Il en est de même pour tous les systèmes d’armes et ce, afin de re-équilibrer le poids réel des efforts concédés en matière d’investissement.
    De même pour les RCS (différents dans chaque pays de l’UE et des PECO) qui intègrent des prestations qui sont loin d’être identiques...