jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La Chine nie le hacking des PC de deux membres du Congrès américain

La Chine nie le hacking des PC de deux membres du Congrès américain

David Lentier, Réseaux & Télécoms

jeudi 12 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Jeudi 12 Juin, la Chine a nié les accusations de deux membres du congrès américain, qu’elle ait pu « visiter » les PC de leurs bureaux, affirmant même qu’elle ne possède pas la technologie lui permettant de lancer de telles attaques. « Est-ce qu’il y a des preuves ? Est-ce que nous possédons une technologie aussi avancée ? Même si cela était le cas, je n’y crois pas, a déclaré le porte parole du ministère des affaires étrangères, Qin Gang, Jeudi 12 juin, lors de sa conférence de presse habituelle, selon l’agence de presse Associated Press. « J’aimerai demander instamment à certaines personnes aux Etats Unis de ne pas être paranoïaques. Elles devraient plutôt contribuer à l’entente mutuelle, à la confiance, et à l’amitié entre l’Amérique et la Chine, a répliqué Qin Gang. La Chine nie régulièrement les allégations selon laquelle elle mène du « hacking d’état ». Le mois dernier, par exemple, Qin Gang a déclaré "sans fondement" le rapport indiquant que le contenu de PC portables du gouvernement américain ait pu être copié lors d’une visite en Chine du ministre du commerce américain, Carlos Gutierrez.

Franck Wolf, représentant de la Virginie au Congrès et qui a déclaré que ses PC avaient été « hackés » par la Chine, a déposé une résolution mercredi 11 Juin demandant des défenses plus solides de l’informatique et des réseaux du Congrès. « Les membres du Congrès doivent connaître les meilleurs moyens de se protéger, leurs équipes et leurs activités contre ces menaces. Je suis passé par là, ainsi que d’autres au Congrès, et je suis très préoccupé que le Congrès ne soit pas protégé de façon adéquate, a tempêté Franck Wolf.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :