mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Dix pôles de compétitivité pourraient être supprimés

Dix pôles de compétitivité pourraient être supprimés

Annie Kahn, le Monde

mercredi 18 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Une dizaine de pôles de compétitivité sur 71 pourraient perdre ce label. Telle serait l’une des conclusions du Rapport d’évaluation sur les pôles remis, mercredi 18 juin, au premier ministre, François Fillon.

Créés le 12 juillet 2005, les pôles ont pour vocation de favoriser les relations entre entreprises, laboratoires de recherche et universités d’une même région, autour de thèmes communs. L’ambition est de reproduire le modèle de la Silicon Valley californienne qui a favorisé l’émergence d’entreprises technologiques devenus depuis des leaders mondiaux.

Trois ans après leur création, une évaluation de ces pôles a été confiée par le gouvernement à deux cabinets de conseil, le Boston Consulting Group (BCG) et CM International. Les résultats étaient attendus avec impatience. Car ses conclusions vont servir à définir les bénéficiaires de la deuxième vague de soutien ainsi que ses modalités. La première, qui comprenait une enveloppe financière globale de 1,5 milliard d’euros pour la période 2006-2008, arrive à échéance à la fin de l’année.

Seuls les pôles ayant obtenu "des résultats tangibles dans la mise en place de projets partenariaux ainsi que dans le développement de nouveaux produits et de nouveaux emplois" en profiteront, avait annoncé le premier ministre à l’issue du comité interministériel pour l’aménagement et la compétitivité des territoires (Ciact) du 5 juillet 2007.

Il semble que le nombre de petites et moyennes entreprises (PME) participant aux projets soutenus ait aussi été un critère déterminant. Dans la mesure où l’Etat a annoncé son intention de réorienter ses aides vers cette catégorie de sociétés. Les plus grandes bénéficient déjà des nouvelles modalités du crédit impôt recherche (CIR).

"ON NE FAIT PAS POUSSER LES FLEURS EN TIRANT SUR LEUR TIGE"

Les cabinets mandatés pour l’audit des pôles ont donc du trancher dans le vif. A tel point que le gouvernement semble avoir du mal à communiquer les résultats. Un point presse prévu mercredi 18 juin par le secrétaire d’Etat à l’industrie, Luc Chatel, a été annulé. Et le nom des pôles qui seront effectivement "délabellisés" ne devrait être connu que début juillet, après arbitrage de Matignon, à l’issue d’un Ciact dont la date ne serait pas encore précisément fixée.

Les consultants auraient classé les pôles en trois catégories. La première regroupe ceux qui ont obtenu de bons résultats et qui continueront de bénéficier d’aides. La seconde comprend ceux qui devront améliorer leurs performances mais ne sont pas menacés à court terme. Et la troisième regroupe la dizaine qui vont sortir du dispositif.

Déjà certains s’interrogent sur la pertinence d’une évaluation aussi rapide pour des projets de long terme. "L’Etat doit apprendre qu’on ne fait pas pousser les fleurs en tirant sur leur tige", préviennent Thierry Weil et Stéphanie Fen Chong dans un article consacré aux pôles, paru dans le numéro de juin de la revue Futuribles.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :