jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Lockheed se félicite du contrat de l’US Air Force avec (...)

Lockheed se félicite du contrat de l’US Air Force avec EADS

Reuters

dimanche 22 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’entreprise américaine de défense Lockheed Martin se félicite du contrat de 35 milliards de dollars attribué au groupe européen group EADS par l’US Air Force pour la fourniture d’avions ravitailleurs.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche, Robert Stevens, président-directeur général de Lockheed, explique qu’il y voit le signe que le secteur de la défense s’ouvre à la concurrence internationale, de bon augure pour le développement de son groupe à l’étranger.

"Un débat est naturellement en cours aux États-Unis sur le fait de savoir si les Européens ouvrent leurs marchés à un degré similaire. Je considère que le contrat EADS est un bon signe, mais les Américains doivent pouvoir prétendre à une forme de réciprocité", dit-il.

Stevens, qui a récemment rencontré pour la première fois des représentants du gouvernement allemand, s’est fixé comme objectif de porter en quelques années de 15% à 20% la part des contrats à l’étranger dans le chiffre d’affaires réalisé par Lockheed.

Préféré à Boeing, jusque-là fournisseur exclusif du Pentagone, le tandem constitué d’EADS et de l’américain Northrop Grumman a remporté en mars un contrat de fourniture de 179 ravitailleurs à l’US Air Force.

Mais les milliards de dollars en jeu et le contexte politique rendu particulier par l’élection présidentielle du 4 novembre aux États-Unis ont soulevé une vive controverse.

Boeing a remporté une victoire cette semaine avec la remise en question du contrat par le General Accounting Office (GAO), sorte de Cour des comptes américaine, qui a recommandé une réouverture de l’appel d’offre.

Louis Gallois, président d’EADS, assure samedi dans le Spiegel qu’il reste confiant. "Nous sommes toujours liés par un contrat et nous sommes convaincus que notre appareil est le meilleur", a-t-il dit à l’hebdomadaire allemand.

Christiaan Hetzner, version française Henri-Pierre André


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :